Montpelier-Paris: «L’option d'achat est levée, je vais rester à Montpellier où je me sens bien»

INTERVIEW Andy Delort évoque le match contre Paris, déterminant pour croire encore en la qualification européenne, sa demande de naturalisation algérienne et son avenir au MHSC

Jerome Diesnis

— 

Le Montpelliérain Andy Delort (ici face à Rennes) a déjà inscrit 13 buts cette saison en LIgue 1.
Le Montpelliérain Andy Delort (ici face à Rennes) a déjà inscrit 13 buts cette saison en LIgue 1. — Jérôme Diesnis / Agence Maxsele Presse
  • Andy Delort explique ses démarches pour jouer pour l’Algérie, « une démarche familiale et personnelle. »
  • L’attaquant de Montpellier évoque son avenir à Montpellier où il se sent « bien avec encore des objectifs à remplir » et Marseille.
  • Actuellement prêté par Toulouse, il confirme que l’option d’achat a été levée par Montpellier.

Andy Delort et Montpellier accueillent Paris ce mardi, trois jours après la défaite en finale de Coupe de France des Parisiens. Un rendez-vous crucial pour le MHSC en quête de qualification européenne. En s’inclinant contre Rennes, après avoir déjà abandonné la Coupe de la ligue, Paris a compliqué l’accès à la Ligue Europa pour les Montpelliérains désormais contraints de terminer à la quatrième place pour y participer. Prêté par Toulouse, l’attaquant a inscrit 13 buts et 7 passes décisives. En grande forme, il a été déterminant dans quasiment tous les matchs disputés par le MHSC depuis trois mois.

Au cours du week-end, vous avez annoncé sur les réseaux sociaux votre demande de naturalisation pour l’Algérie. Pouvez-vous nous le confirmer ?

Ça fait un petit moment que j’y pense. C’est une démarche familiale et personnelle. J’ai pris ma décision. On est en train de faire démarches pour jouer pour l’Algérie. J’en suis fier. Ma mère est Algérienne, ainsi que mon grand-père et mon arrière-grand-père. Ça a surpris tout le monde. Je suis conscient que de bonnes prestations avec le club vont faire que je pourrais être sélectionné. Face à Paris notamment.

Vous rencontrez Paris au bon moment ?

Cela fait quelques matchs où ils prennent des coups de bâton. On avait l’impression qu’ils faisaient une bonne saison et, finalement, on se rend compte qu’elle est plutôt compliquée. Ils n‘auront qu’un titre. Nous, on sait ce qu’on veut. Eux, ils sont déjà champions de France. Nous, on a encore quelque chose à jouer. On a cinq finales de 90 minutes à disputer.

Croyez-vous encore à l’Europe ?

Oui on l’espère encore. Oui, ça va être compliqué, on en est conscients. Ça va être un combat très dur. Ça va commencer par ce gros match. Je suis peut-être fou, mais moi j’y crois. On a l’avantage de jouer Marseille et Saint-Etienne. Ce sera un avantage… ou l’inverse. Si on n’y croit pas, on tire au sort onze personnes dans le public pour jouer à notre place. Quand on va rentrer sur le terrain, les joueurs du PSG qui vont nous regarder dans les yeux doivent sentir qu’il n’y a rien pour eux. D’autres équipes ont prouvé que c’était possible. On sera douze contre onze avec le public. A nous de prouver qu’on a plus envie qu’eux.

En voulez-vous au PSG qui vous prive pour le moment d’une place européenne ?

Bien sûr. Et deux fois en plus ! Ça fait cinq ans qu’ils gagnent tout et n’ont rien laissé à personne. Et là, ils nous privent de tout. Mais ce n’est pas fini encore, ils vont peut-être priver un autre club… Mais tant mieux pour Rennes et Strasbourg qui le méritent et font une saison extraordinaire. Bravo à eux. Tant mieux pour les autres et pour l’instant tant pis pour nous.

Kyllian Mbappé est suspendu. C’est une bonne nouvelle ?

Bien sûr. C’est un phénomène, déjà un très grand joueur et un futur ballon d’or.

Vous vous êtes fixé l’objectif d’atteindre 15 buts. A cinq journées de la fin, il ne vous en reste plus que deux à inscrire…

J’espère y arriver rapidement. Je tiens à remercier encore une fois le président, le coach, le club qui m’a fait confiance. J’étais persuadé que ça allait le faire parce que le club me correspond et j’ai cette mentalité qui correspond au club. Je ressens tous les jours la ferveur des supporters. J’ai besoin de ça pour avancer. Ça me fait du bien. Dès que je suis arrivé, ils ont cru en mois. Ils sont fiers de moi et moi je suis fier de ce que je fais pour eux.

Quel est votre avenir ?

Je sais exactement ce que je vais faire. Je vais rester ici. L’option d'achat est levée. Je vais rester à Montpellier où je me sens bien et j’ai encore des objectifs à remplir.

Dans une interview vous aviez répondu joker à la question d’un transfert à Marseille…

Si vous écoutez bien l’émission à la radio, on me disait que je serai le futur attaquant de l’OM. Nous, on venait de sortir du match à Strasbourg et j’allais monter dans l’avion. Quand on m’a demandé ce que j’en pensais, j’ai dit joker pour ne pas rentrer dans ce débat. Mais il n’y a pas de soucis, je suis Montpelliérain et fier de l’être.