OM: Trois (bonnes) raisons de penser que c'est mort de chez mort pour l'Europe

FOOTBALL Le sprint final pour l'Europe s'arrête pour l'OM, battu par Nantes (1-2) au Vélodrome, ce dimanche. La 12e défaite de Marseille en Ligue 1, cette saison

Jean Saint-Marc

— 

Rudi Garcia a une idée.
Rudi Garcia a une idée. — B. Langlois / AFP + Montage 20 Minutes
  • Avec cinq points de retard sur Saint-Etienne et huit sur Lyon, Marseille n'a quasiment plus de chances de se qualifier pour une compétition européenne.
  • Cet échec industriel pour l'OM de Frank McCourt semble inéluctable. 

L’OM va faire son Frexit. Depuis 2006, Marseille n’a loupé que deux fois la qualification européenne (en 2015 et 2017). Mais cette fois, c’est la bonne : l’accident industriel pour Frank McCourt se profile sérieusement. Scotché à la cinquième place, l'OM​, battu par le FC Nantes ce dimanche, ne va sans doute pas se qualifier pour la Ligue Europa (on ne parle plus, évidemment, de Ligue des champions). Voilà pourquoi.

Un calendrier plus favorable à Sainté

Saint-Etienne affronte Monaco, Montpellier, Nice et Angers et recevra les deux meilleurs adversaires (Montpellier et Nice) à Geoffroy-Guichard. Si on s’amuse à faire un classement moyen, cela donne 10,75. Ce « coefficient de difficulté » monte à 8,5 pour l’OM, avec les complexes réceptions de Lyon et de Montpellier.

Les Marseillais eux-mêmes n’y croient plus

Et cela fait plusieurs semaines déjà. A Bordeaux, Thauvin a dit tout haut ce qu’une bonne partie du vestiaire pense tout bas : « C’est mort, c’est fini, il faut arrêter de se raconter des histoires ! » Ce dimanche, c’est Rudi Garcia qui reconnaît que l’affaire est très mal emmanchée.

Un confrère lui demande si c’est « fichu pour l’Europe ». Rudi Garcia : « La réponse est dans la question, c’est évidemment une très mauvaise opération sur le plan mathématique. » Balotelli a tenté, sans trop y croire, la méthode Coué : « Rien n’est perdu, j’ai déjà gagné un championnat d’Angleterre à la dernière minute » (en 2012 avec Manchester City).

On ne pourra pas vous citer d’autres joueurs marseillais : seul l’Italien est passé devant les médias, ce dimanche. Ce qui illustre aussi la morosité du vestiaire olympien.

Plus de fonds de jeu, plus d’efficacité et plus d’assise défensive

La défaite face à Nantes, ce dimanche, est évidemment méritée. L’OM n’a cadré que deux de ses 17 frappes. Défensivement, Marseille est très fébrile, avec un Bouba Kamara méconnaissable. Après la nette amélioration de février-mars (sept buts encaissés en huit matchs, dont trois contre Paris), l’OM retombe dans ses travers : en avril, Marseille a encaissé six buts en quatre rencontres.

L’OM n’est que la douzième défense de Ligue 1. Impossible de prétendre à la Coupe d'Europe avec une telle assise défensive. Et un gardien tout sauf européen : avec seulement 62 % de tirs arrêtés, Mandanda est le deuxième plus mauvais de Ligue 1, juste derrière celui de Guingamp (59,1 %).