Stade Rennais: A 16 ans, Eduardo Camavinga bat des records de précocité

FOOTBALL Le jeune milieu rennais pourrait de nouveau entrer en jeu ce dimanche contre Nice

Manuel Pavard

— 

A 16 ans, Eduardo Camavinga est le plus jeune joueur de l'histoire du Stade Rennais et le seul natif de 2002 dans les cinq grands championnats européens.
A 16 ans, Eduardo Camavinga est le plus jeune joueur de l'histoire du Stade Rennais et le seul natif de 2002 dans les cinq grands championnats européens. — Stade Rennais
  • Entré en jeu à Angers puis à Nîmes, le milieu de 16 ans Eduardo Camavinga est devenu le plus jeune joueur de l'histoire du Stade Rennais et le premier joueur né en 2002 à disputer un match dans les cinq plus grands championnats européens.
  • Il pourrait encore avoir du temps de jeu contre Nice ce dimanche, plusieurs titulaires étant blessés ou sous la menace d'une suspension.
  • Ses anciens éducateurs à Fougères se souviennent d'un gamin déjà au-dessus du lot et systématiquement surclassé dans la catégorie supérieure.

Il a déjà battu plusieurs records. En remplaçant Mbaye Niang à la 89e minute, samedi dernier, à Angers, Eduardo Camavinga est devenu à 16 ans, 4 mois et 27 jours, le plus jeune joueur à porter le maillot du Stade Rennais. De nouveau entré en jeu mardi à Nîmes, le jeune milieu breton a détrôné Frédéric Guimard (le fils de Cyrille), qui avait débuté au club en 1987.

À titre de comparaison, Kylian Mbappé, autre phénomène de précocité, avait 16 ans et 11 mois lorsqu’il a effectué ses premiers pas en L1, le 2 décembre 2015. Et Ousmane Dembélé, l’une des dernières pépites sorties du centre de formation rennais, avait déjà 18 ans passés lors de son premier match en professionnel avec les Rouge et Noir.

Le plus jeune joueur des cinq grands championnats européens

Il serait bien sûr prématuré de comparer Eduardo Camavinga aux deux champions du monde, d’autant que le jeune Rennais a profité de circonstances favorables avec plusieurs titulaires blessés ou préservés par Julien Stéphan. Mais un autre record détenu depuis le week-end dernier suffit à situer les promesses suscitées par le natif de Miconje, en Angola. Celui-ci est ainsi le premier joueur né après le 1er janvier 2002 à disputer un match dans les cinq grands championnats européens (Espagne, Angleterre, Italie, Allemagne et France).

Un petit exploit qui n’est pourtant pas si étonnant au vu de son parcours. Depuis ses premiers pas avec le ballon, Eduardo Camavinga semble en effet programmé pour réussir. Passé professionnel en décembre dernier, ce pur produit de l’académie rouge et noir, qu’il a rejointe en 2013 à 11 ans, évoluait auparavant à l’AGL-Drapeau Fougères.

« Quand il fallait égaliser, on le faisait jouer devant et quand on menait au score, on le mettait derrière »

« Il devait avoir 8 ans quand il est arrivé chez nous, raconte Pascal Guérin, coordinateur sportif du club d’Ille-et-Vilaine. Il a toujours été surclassé, il était capable de faire la différence à tout moment. » « Depuis 50 ans que je suis au club, je n’avais jamais vu un gamin de ce niveau », s’émerveille son ancien entraîneur à Fougères Jo Burel, qui se souvient d’une « vraie pépite. Un gamin très gentil, très sérieux, avec d’énormes qualités techniques et de vision du jeu. On a tout de suite vu qu’il était au-dessus des autres. »

L’éducateur se remémore avec émotions ses matchs de l’époque : « Quand il fallait égaliser, on le faisait jouer devant et quand on menait au score, on le mettait derrière. » Selon lui, le meilleur poste d’Eduardo Camavinga était et reste milieu de terrain. Un vrai profil de box to box, qui « sait aussi bien défendre qu’attaquer », assure son ex-coach. Ce dernier décrit ainsi un « milieu polyvalent », souvent utilisé comme relayeur mais « capable de jouer à tous les postes du milieu ».

Entre de bonnes mains avec Stéphan

Devant sa télévision, mardi, Jo Burel n’a pas manqué une miette des 25 minutes disputées par son ancien protégé à Nîmes : « Je trouve qu’il s’est bien débrouillé, il a fait un match sérieux et n’a pas perdu beaucoup de ballons. En plus, dans ce contexte, à 16 ans, ce n’est pas facile. » Pour Eduardo Camavinga, le plus dur commence maintenant : confirmer et ne pas céder aux sirènes de sa nouvelle célébrité.

Mais avec Julien Stéphan, le grand espoir rennais semble entre de bonnes mains. Réputé pour faire confiance aux jeunes, le coach breton se veut prudent avec sa nouvelle étoile mais optimiste. « Il était sur le banc lors de la plupart des matches européens, il continue à apprendre son métier en observant », a déclaré Julien Stéphan après le nul à Angers. « C’est le début pour lui, j’espère, d’une belle aventure sous les couleurs du SRFC. » On saura déjà ce dimanche si Camavinga participe contre Nice à son troisième match consécutif en L1.