Cagnes-sur-Mer : Le champion de skateboard Georges Agonkouin se bat pour des skateparks « praticables »

SUR LA PLANCHE Il milite pour que chaque ville adopte des équipements pour la pratique de ce sport

Mathilde Frénois

— 

Georges Agonkouin tentera de se qualifier pour les Jeux de Tokyo 2020.
Georges Agonkouin tentera de se qualifier pour les Jeux de Tokyo 2020. — G. Agonkouin

Georges Agonkouin prend des notes sur les skateparks. Pour celui de Cagnes-sur-Mer, où il réside, le triple champion de France de skateboard a écrit : « Sol abrasif, module mou et qui bouge, design trop vieux. » Ce type de commentaires revient pour un grand nombre d’installations de la Côte d’Azur. Georges Agonkouin se bat désormais pour l’installation de skateparks adaptés dans toutes les villes.

Il y a les communes qui n’ont pas de skatepark. Et celles qui viennent d’en adopter un inapproprié. « Le problème, c’est que les gens qui les fabriquent ne pratiquent pas. Ils nous font des lieux inadaptés, pointe-t-il. Pour prendre un saut et apprendre les tricks [figures], il faut de l’espace. Eux, ils font une salade avec pleins de choses à l’intérieur. Mais rien n’est praticable. »

« Il faut aller à Marseille »

Georges Agonkouin a commencé le skateboard dans la rue. « Il existe deux pratiques : le mobilier urbain et le skatepark. C’est un endroit sécurisé où on n’embête personne, et où on ne se fait pas embêter. Mais dans la région, pour avoir un lieu potable, il faut aller à Marseille. »

Régulièrement, le champion de France doit quitter de Cagnes-sur-Mer pour se rendre au palais omnisports de Marseille. C’est sur ce terrain couvert que Georges Agonkouin prépare sa qualification aux JO 2020 pour le compte du Bénin. Il partira à Londres, Los Angeles ou Mexico pour tenter de décrocher son ticket. « Je ne parle pas uniquement pour les sportifs de haut niveau. Mais aussi pour les rollers, les BMX, précise le skateboardeur de 35 ans. Pour se faire plaisir, il faut des infrastructures. Je n’ai pas de problème avec les terrains de boules mais il y en a dans toutes les villes, alors qu’on n’a pas tous 60 ans. De la même manière, il devrait y avoir systématiquement un skatepark. »