Guingamp: A Toulouse, l’EAG avait vraiment une tête de futur relégué

FOOTBALL Lanterne rouge de Ligue 1, Guingamp a vilainement rechuté dimanche face au TFC (1-0), après trois matchs sans défaite

Nicolas Stival

— 

L'En Avant de Guingamp a rechuté face au TFC de Yaya Sanogo, dimanche au Stadium de Toulouse.
L'En Avant de Guingamp a rechuté face au TFC de Yaya Sanogo, dimanche au Stadium de Toulouse. — R. Gabalda / AFP
  • Hors sujet, réduit à dix dès la 44e minute, l’En Avant de Guingamp a complètement raté son match, dimanche à Toulouse.
  • Dernier de Ligue 1, le futur finaliste de la Coupe de la Ligue jouera un match primordial pour le maintien samedi contre Dijon.

D’habitude, c’est le TFC qui relance les équipes en perdition. Dimanche, c'est pourtant Guingamp qui a aidé Toulouse à se remettre sur les rails, et à remporter son premier match de Ligue 1 à domicile depuis le 25 août (1-0). Il faut dire que les Bretons y ont mis du leur : déjà très médiocres et menés sur un but de Yaya Sanogo, ils ont joué toute la seconde période à dix contre onze, après l’expulsion de Marcus Coco.

« Cela faisait plusieurs mois qu’on n’avait pas disputé une première mi-temps aussi pauvre », retenait Jocelyn Gourvennec, entraîneur dépité d’une lanterne rouge qui restait sur deux nuls et un succès sans prendre de but avant cette rechute.

« Cela aurait été miraculeux de revenir même si nous avons eu une occasion de le faire », a poursuivi le technicien. Mais Nicolas Bénézet a complètement vendangé une belle remise de Marcus Thuram, fantomatique par ailleurs (84e). Seule la charnière Sorbon – Eboa-Eboa a échappé au naufrage. On aurait volontiers ajouté le gardien Marc-Aurèle Caillard, sans son cafouillage sur le but de Sanogo.

Didot, acclamé mais énervé

« C’est vraiment un mauvais match au mauvais moment », grommelait Etienne Didot. Entré à la 79e minute sous les acclamations de son ancien public, l’ex-Toulousain a de nouveau vu son nom scandé au terme de la rencontre. Pas de quoi consoler le vétéran paimpolais (35 ans). « Ce genre de matchs, ça peut arriver à des équipes un peu mieux classées. Pas à nous, on n’a pas le temps. »

Dimanche, l’EAG  (19 points à dix journées de la fin) a raté l’occasion de mettre la pression sur le TFC, qui le devance désormais de douze longueurs. Devant le renouveau attendu de Monaco (17e, 27 points), mais aussi celui d’Amiens (16e, 28), la formation bretonne pourra sans doute s’estimer heureuse si elle termine 18e et barragiste.

Objectif barrages ?

C’est tout à fait jouable, puisqu’elle ne compte que deux points de retard sur Dijon (18e, 21 unités), qu’elle recevra samedi, alors que Caen (19e, 20 points) n’avance pas. OK, le club bourguignon a un match en retard. Mais il le jouera ce mardi face au PSG…

« Au Roudourou samedi, il faudra être en mode guerrier, comme des fous furieux », prévient Didot. L’urgence de la situation en championnat fait passer au second plan la pourtant toute proche finale de Coupe de la Ligue contre Strasbourg, le 30 mars à Lille.