Cédric Burdet: «Pendant le match, on a eu toujours confiance en nous»

JO2008 L'arrière-droit a tenu la baraque bleue en première mi-temps. Il livre ses premières impressions à 20minutes.fr...

Propos recueillis par Pierre Koetschet

— 

Cédric Burdet en 2003. 
Cédric Burdet en 2003.  — REUTERS/Petar Kujundzic
Envoyé spécial à Pékin

Cinq buts en cinq tirs. Des stats impressionnantes pour Cédric Burdet. Le Montpelliérain a tenu la baraque bleue en première mi-temps. Il revient sur cette demi-finale de rêve.

 

Avec cinq buts en cinq tirs, vous n’avez pas eu l’impression d’être le héros de la première mi-temps?

Non, il n’y a pas de héros en sport collectif. J’ai surtout bénéficié de la surveillance rapproché sur Daniel Narcisse, qui avait été très impressionnant lors des derniers matchs. Les Croates l’avaient vu et l’ont surveillé de très près. Moi, j’ai su bien exploiter les brèches.

 

C’est un match qui s’est finalement joué dans les dernières minutes…

Oui, mais aujourd’hui, on a toujours eu confiance en nous, en notre défense. Et la défense, c’est la base.

 

On a eu l’impression que vous avez surtout dominé les Croates physiquement. Vous vous sentez très forts?

Oui, on est forts, mais contre les Croates, cela ne suffit pas. On savait qu’ils étaient truqueurs comme pas possible. Encore aujourd’hui, ils ont fait quelques fautes, ils ont surtout gardé la balle sans jamais se faire siffler (pour refus de jeu, NDLR).

 

Vous aussi, vous avez essayé de prendre votre temps en attaque…

Oui, on a essayé de maîtriser le temps, car quand tu passes les trois quarts du match en défense, tu perds de l’énergie. Donc on les a forcés à défendre aussi.


Dans l’autre demi-finale, les Espagnols affrontent les Islandais (qui gagnent finalement 36-30, NDLR). Lesquels vous préférez?

N’importe. Les deux me vont. Le tout, c’est de gagner.