VIDEO. Coupe de France: Huit buts, un scénario incroyable et le TFC élimine Reims aux tirs au but

FOOTBALL Toulouse s’est qualifié pour les 8es de finale de la Coupe de France ce mardi soir, au terme d’un match hallucinant (4-4 après prolongations, 4-3 aux tirs au but)…

Nicolas Stival

— 

Les Toulousains en joie après avoir éliminé Reims aux tirs au but en huitièmes de finale de la Coupe de France, le 22 janvier 2019 au Stadium de Toulouse.
Les Toulousains en joie après avoir éliminé Reims aux tirs au but en huitièmes de finale de la Coupe de France, le 22 janvier 2019 au Stadium de Toulouse. — P. Pavani / AFP
  • Le TFC a mené trois fois dans le temps réglementaire avant de se faire rejoindre.
  • Il a ensuite égalisé sur un penalty de Max-Alain Gradel tout au bout des prolongations.
  • L’ancien Toulousain Mathieu Cafaro est le héros malheureux de la soirée.

Un ultime tir au but du Champenois Mathieu Cafaro expédié sur la transversale, et Toulouse a pu fêter son incroyable qualification pour les 8es de finale de la Coupe de France (4-4 a. p, 4 à 3 aux tab), ce mardi. L’histoire était trop belle pour le milieu offensif de Reims. Le jeune joueur de 21 ans, entré en jeu à la 85e minute, croyait avoir plié le match, en marquant le but du 3-4 à la 108e.

Une belle revanche face au club qui l’avait licencié en avril 2017 dans le cadre d'une sombre affaire de tirs au pistolet à billes… A la différence de son coéquipier d’alors Odsonne Edouard, condamné, Cafaro avait vite été disculpé. Mais il pourra à juste raison se dire que le Stadium ne lui réussit décidément pas.

Tel est donc l’étonnant épilogue d’une soirée dont on n’attendait pas tant d’émotions, pour être honnête… Jusqu’à la 68e minute, ce Toulouse-Reims méritait d’ailleurs parfaitement sa minuscule affluence (6.552 spectateurs officiellement) dans une enceinte congelée. Et puis, Manu Garcia, d’un magnifique enroulé du droit pleine lucarne, a inscrit le but du 2-1. Le spectacle, décousu mais follement plaisant, pouvait commencer.

Toute la gamme des émotions y est passée : cinq autres réalisations jusqu’au 4-4 réussi tout au bout des prolongations par Max-Alain Gradel, sur un penalty très généreux (119e minute). « Sincèrement, j’y ai cru jusqu’au bout, assure l’entraîneur toulousain Alain Casanova. Je savais qu’il y aurait des possibilités d’égaliser. »

«Foot en Folie»

Dans le temps réglementaire, les Rémois étaient quant à eux revenus trois fois au score, grâce notamment à deux buts contre leur camp des Toulousains Bafodé Diakité et Gen Shoji, sortis tout droit de l’antédiluvien Foot en Folie, bêtisier en format VHS. L’avant-centre des Violets Aaron Leya Iseka a quant à lui réussi un doublé et frôlé le triplé. La folie, on vous dit…

« Je suis très fier que l’équipe soit allée au bout de ses intentions et de ses efforts pour arracher la qualification, reprend Casanova, forcément plus satisfait de la production offensive que de la prestation défensive de sa formation. A 3-4, elle n’a pas accepté la fatalité. »

Cela faisait dix ans que le TFC n’avait plus passé deux tours en Coupe de France. En 2009, il avait échoué en demi-finale, au Stadium face au futur vainqueur guingampais (1-2). Avec un certain Casanova Alain sur le banc. « J’ai toujours en travers de la gorge cette saison-là », lâche le technicien. Mais avant de penser à une éventuelle épopée en Coupe, le 13e de Ligue 1 a un maintien à aller chercher. Cela passe par un bon résultat dimanche face à Angers. Et tant pis si le match est moins ébouriffant que ce mercredi.