Guingamp-Stade Rennais: Le «Celtico» pour Gourvennec, fin de série pour Stéphan

FOOTBALL Les Guingampais s’imposent pour la première fois de la saison à domicile…

Jérôme Gicquel

— 

Le Guingampais Eboa Eboa a inscrit le premier but de la tête.
Le Guingampais Eboa Eboa a inscrit le premier but de la tête. — Fred Tanneau / AFP

L’En Avant de Guingamp prend décidément du plaisir à faire souffrir son voisin rennais. Alors qu’ils restaient sur une série de quatre victoires d’affilée, les hommes de Julien Stéphan ont bu la tasse ce mercredi soir au Roudourou (2-1) en match en retard de la 18e journée de Ligue 1.

  • La fin de l’euphorie pour le Stade Rennais

Après un mois de décembre de rêve (cinq victoires), le Stade Rennais connaît un début d’année plus poussif. Après un match fou face à Brest, les Rouge et Noir ont enchaîné avec deux prestations bien pâles face à Monaco et Nantes. Le scénario s’est encore répété ce mercredi en terre costarmoricaine. A l’image d’un Ben Arfa bien peu inspiré, les Rennais ont eu beaucoup de mal à développer leur jeu, se créant assez peu d’occasions.

Ce n’est que dans les dernières minutes qu’ils se sont réveillés sur un missile de Niang en pleine lucarne (86e). Rennes a continué à pousser avec une tête de Sarr sur la barre, suivie d’un retourné de Niang mais la défense guingampaise a tenu bon. 

«On s'est réveillé tard, a indiqué le coach Julien Stéphan. Les vingt dernières minutes nous ont permis d'avoir un certain nombre d'occasions. Je pense que ça n'aurait pas été volé de revenir au score sur l'ensemble du match parce que si on a concédé deux buts, on n'a pas concédé énormément d'occasions».

  • Deux erreurs de marquage qui se paient cash

Depuis la prise de pouvoir de Stéphan, le Stade Rennais avait retrouvé une solidité défensive avec zéro but encaissé en quatre matchs. La belle série a pris fin mercredi sur deux coups de tête d’Eboa Eboa (40e) et de Deaux (60e).

Sur les deux buts, le marquage de la défense rennaise fut très approximatif. Les deux Guingampais se sont retrouvés seuls dans la surface et ont eu tout le loisir d’ajuster leur tête pour tromper le pauvre Tomas Koubek, qui n’a pourtant pas eu grand-chose d’autre à faire du match.

  • Le Roudourou n’est plus maudit

La dernière victoire guingampaise au Roudourou remontait au 21 avril face à Monaco. Lanterne rouge du championnat, l’En Avant a donc redressé la barre devant son public en décrochant trois points très importants dans la course au maintien.

« En première mi-temps, on marque un peu contre le cours du jeu. Mais on s’est tellement fait enfiler de fois que ça fait du bien, ça nous sourit enfin. Mais pour que cela continue, il va falloir vraiment rester concentrés et se lever tous les matins en voulant tout arracher pour maintenir le club en Ligue 1 » a réagi le buteur guingampais, Lucas Deaux. Samedi, c’est un autre défi qui attendra le club breton avec un déplacement à Paris. Pour un nouvel exploit ?