Ligue Europa: Francfort, Marseille si faible... L'OM, encore une fois ridicule, prend une valise

FOOTBALL Très sale soirée européenne pour l'OM, finaliste de la précédente édition de la Ligue Europa. Marseille n'a toujours pas gagné une seule rencontre cette saison en Europe...

Jean Saint-Marc

— 

L'OM a pris une grosse gifle en Ligue Europa.
L'OM a pris une grosse gifle en Ligue Europa. — Michael Probst/AP/SIPA
  • Les Marseillais ont encaissé quatre buts, dont deux contre son camp, lors d'une soirée cauchemardesque à Francfort (4-0). 
  • Rudi Garcia avait beaucoup fait tourner... mais quasi aucun des joueurs utilisés ne s'est montré à son avantage. 

Match pour du beurre, match pour l’honneur ? Ça, c’était avant. Avant le coup d’envoi. Après, on ne peut qu’en rire : l’OM s’est couvert de ridicule à Francfort (4-0). Finaliste l’an dernier, Marseille n’a pas gagné un seul match en Ligue Europa cette année (un nul, quatre défaites).

>> Que vaut Gustavo ? 41 sélections avec le Brésil. Une Ligue des champions au palmarès, quand il jouait au Bayern Munich. Comment, avec un tel CV, peut-on marquer un but contre son camp aussi ridicule (16e) ? Le capitaine n’a pas levé les yeux vers son but au moment d’adresser une passe en retrait à Pelé. L’Albatros était échoué hors de sa cage et le ballon a fini dans le petit filet. Rageur, le Brésilien a toutefois tenu la baraque, ensuite.

>> Défense en chantier. L’OM change de charnière comme de chemise, cette saison, au gré des blessures et des méformes. Face à Francfort, cela se paie en 57 secondes : c’est le temps qu’il a fallu à Jovic pour ouvrir le score, sur un corner vite joué où la défense marseillaise était à l’arrêt. Le redoutable attaquant serbe a même inscrit un doublé (66e), après une erreur grossière de Rolando. Erreur, boulette, saucisse : il faut dégainer les synonymes, ce jeudi soir.

Sarr a aussi commis une grosse méprise sur un ballon tendu de Da Costa (62e), entre la ligne de défense et le gardien… L’Olympien a ouvert son pied… Directement vers le petit filet de Pelé. Deux buts contre son camp en un seul match : le Black Friday s’est prolongé.

>> Que des perdants ? Des minots, des anciens que l’on pensait tricards, des recrues décevantes… Le turn-over de Rudi Garcia a offert du temps de jeu à de nombreux joueurs, dont le duo de galériens Mitroglou-Germain. En vain : si Lopez a initié quelques bons mouvements, ses attaquants n’ont jamais conclu. Ils auraient dû oublier qu’ils n’avaient aucune chance…