Marseille: Qui est le «curé de l'OM», qui «veille spirituellement» sur les supporters?

FOOTBALL « 20 Minutes » a rencontré Frédéric Flandin, qui joue sur les réseaux sociaux le rôle du « curé de l’OM »…

Jean Saint-Marc

— 

En guise d'étole, le curé de l'OM porte évidemment une écharpe de supporters.
En guise d'étole, le curé de l'OM porte évidemment une écharpe de supporters. — J. Saint-Marc / 20 Minutes
  • Frédéric Flandin, qui travaille au diocèse de Marseille, a lancé en 2017 le compte Twitter « le curé de l’OM », pour « accompagner spirituellement » la communauté des supporters.
  • Il nous explique sa démarche, qui rencontre son petit succès sur les réseaux sociaux.

« La Bonne-Mère tourne le dos au Vélodrome… Mais elle est toujours avec l’OM. » « Avec la formule "à chaque jour suffit sa peine", Jésus nous demande de ne pas nous inquiéter du futur… Il faut faire abstraction du calendrier pour se concentrer sur le match à Nice. » « Jésus appelle à l’unité : dans le vestiaire, dans les tribunes, des dirigeants ! C’est indispensable en ces temps troubles ! » « Aimez vos ennemis, même s’ils jouent au PSG ! » Vous ne lisez pas une version footballistique de la Bible mais des extraits des « OMélies » que le « curé de l’OM » propose chaque semaine sur Twitter.

Dans le civil, le curé de l’OM s’appelle Frédéric Flandin et il est en charge de la communication numérique pour le diocèse de Marseille. Mais ce rôle de prêtre des supporters, c’est une toquade personnelle :

J’ai eu cette idée quand l’OM a lancé sa campagne “entrez au stade comme dans un sanctuaire.” Je me suis dit : s’ils nous piquent nos slogans, il faut réagir ! »

Avec humour, donc : « Mon but n’est pas d’évangéliser qui que ce soit, c’est juste d’assurer une présence catholique, avec des clins d’œil, au sein de la communauté des supporters de l’OM. » Quand il a lancé son compte, en juillet 2017, l’initiative a beaucoup fait parler au sein du microcosme catholique. « Il y a eu un moment de flottement, tous les curés qui aiment le foot s’interpellaient : "c’est toi ?" Je crois qu’ils ont été rassurés de voir que c’était quelqu’un de la maison », sourit Frédéric Flandin.

« Ils pourraient faire don d’un dixième de leurs revenus, comme le demande la Bible ! »

S’il assure que la démarche n’a rien de blasphématoire (« je ne fais que jouer un rôle ! »), ce père de famille reconnaît que le foot pro est parfois très loin des valeurs chrétiennes : « Quand on voit leurs salaires, on se dit qu’ils pourraient facilement faire don d’un dixième de leurs revenus, comme le demande la Bible. Ça ne bouleverserait pas leur niveau de vie ! » A défaut, les footballeurs de l’OM pourraient au moins se confesser… « J’aimerais beaucoup faire de petites interviews décalées avec eux », glisse Frédéric Flandin qui, en attendant, multiplie les séquences improbables sur Twitter.

Récemment, il est monté à l’intérieur de la statue de Notre-Dame-de-la-Garde : « J’hésitais, je ne savais pas quel joueur confier à la Bonne-Mère… Alors j’ai décidé de prendre la feuille de match entière », raconte-t-il en souriant. Il a même proposé à Jacques-Henri Eyraud de l’accompagner, sans succès pour l’instant. Mais dans un tchat, le président de l’OM s’est adressé, avec beaucoup de déférence, à son « curé » qui quémandait une petite invitation en loges : « Vous avez 25 ans d’abonnement… Quand vous en aurez 35, on pourra parler. Amen ! »