Revivez Suisse – République Tchèque en live

Alexandre Pedro

— 

Suisse-République Tchèque le 7 juin 2008.
Suisse-République Tchèque le 7 juin 2008. — REUTERS/STEPHAN WERMUTH
Suisse - République Tchèque 0-0



La Nati méritait mieux, mais rien n'a voulu sourire pour elle. Entre la blessure de Frei, le poteau, la maladresse et le froid réalisme tchèque, le sort n'était pas du côté du pays hôte. Les hommes de Kobi Kuhn ont montré de l'envie, mais il manque à cette équipe du talent dans les 20 derniers mètres pour mettre hors de position une défense aussi solide que celle commandée par Ujfalusi. Avec la Turquie et surtout le Portugal au programme, la tâche se complique sérieusement pour les Suisses.
94eLes Suisses ne reviendront pas. L'arbitre italien siffle la fin de la rencontre.
93e Les Suisse réclament une main dans la surface. Il semble que Ujfalusi avait le bras collé au corps.
92e ... et ça ne donne rien
91e Le coup de franc de la dernièr chance le voici pour la Suisse. C'est loin
90e Corner suisse qui ne donne rien.
89e Tête de Derdiyok... Bien au-dessus.
87e On sent qu'il a du métier chez les Tchèques, les Suisses ne trouvent plus de solutions
85e Avec cette grosse action à la 79e, les Suisses ont peut-être laissé passer leur chance.
82e Vlcek remplace Sionko chez les Tchéques. Behrami sort pour Derdiyok côté suisse.
80e La Suisse mérite au moins un point. Mais le foot n'est pas toujours une méritocratie.
79e Les Suisses sont maudits!!! Sur la même action, il y un exploit de Cech, une main tchèque et un poteau pour Vonlanthen.
77e On sent que les Suisses ont pris un coup sur derrière la tête avec ce but. On sait que c'est une équipe qui ne sait pas faire le jeu.
75e  pour Vonlanthen, qui n'est pas rentré pour rien. 
74e   Lichtseiner est remplacé par Vonlanthen. On met du monde devant.
72e Gros coup dur pour les Suisses qui se font avoir comme des Poussins sur cette remontée. Avec la blessure de Frei, la journée est bien noire.
70e des Tchèques. C'est le nouvel entrant Sverkos qui part seul au but après un corner renvoyé, la défense suisse remontait et le jeune tchèque en a profité.
68e Wenger a raison, ça manque de qualité dans les 30 deniers mètres. En plus ils tirent les coups de pied arrêtés aussi mal que le voisin français.
66e Yakin de la tête! Comment il l'a met à côté???
65e Il y a Jankulowski, mais c'est au-dessus.
63e Faute sur Plasil à 23m côté droit. Il y des tireurs chez les Tchéques?
62e Belle combinaison suisse côté droit, Barnetta est à le reprise mais ça terminer dans le virage. Dommage.
60e Streller mesure peut-être 1m95, mais il prendrait pas un ballon de la tête à Valbuena;
59e pour Magnin. Le premier de la journée. Pas le dernier, il y a Portugal - Turquie derrière.
58e C'est vrai Karamba que les Bleus de Domenech n'ont jamais réussi à percer le code suisse.
56e  Koller est fatigué, il laisse sa place en pointe à Sverkos. Confirmation que Barros est tricard.
55e La domination des Suisses est assez neutre, même si le pied gauche de Yakin a fait du bien. Streller lui continue à sucrer les fraises.
52e Les Tchèques aiment bien commencer leur mi-temps à la cool.
50e Bien tiré... Mais au-dessus.
49e Bon coup franc pour la Suisse avec Yakin et Magnin, il y du gaucher.
48e Les Suisses attaquent bien cette reprise et obtiennent un corner  qui amène une frappe dangereuse de Magnin.
46e C'est reparti. Frei est remplcé par Hakan Yakin
45e La mi-temps se termine sur cette énorme tuile pour la Suisse. Son buteur Alexander Frei sort, touché au genou. L'Euro commence mal pour la Nati, même si le score est toujours de 0-0
43e C'est sérieux pour le genou Frei. Le Suisse boîte, son Euro est peut-être fini. On annonce un changement.
42e Tout le monde semble attendre la mi-temps. Frei se tord de douleur par terre. Il a le genou qui couine.
40e Bon retour de Magnin sur Sionko qui allait s'ouvrir le chemin des buts. Le public suisse commence à siffler. Ils ont quand-même demander une autorisation administrative auparavant.
39e Ujfalusi a un beau bandeau
38e Frei n'a pas encore craché sur un adversaire, ou alors on ne l'a pas vu.
35e Frei à 25m... C'est boxé par Cech.
33e Les Slovaques doivent trouver le temps long devant leur télé.
31e Après un début agréable, le match tombe dans un ennui climatisé.
28e Aucun rapport avec le match, mais Arsène Wenger nous signale que son ancien joueur Sol Campell avait tendance à revenir de vacances en surpoids. Il passait ses vacances avec Cassano peut-être.
25e Petit à petit, les Tchèques reprennent le fil de ce match. Ce qui est bien avec Cech, c'est qu'on peut laisse venir pendant 20mn, le gardien de Chelsea retarde l'échéance.
22e Grosse occas pour la Suisse après une nouvelle bévue de la défense tchèque, mais Cech sort bien devant son ancien partenaire rennais, Alexander Frei.

20e La défense tchèque est balloté, les Suisses s'enfoncent à l'aise mais continuent à chauffer les gants de Cech à l'image de cette frappe d'Inler.
18e Larqué a décidé de prendre Streller en individuel. Il faut dire que l'attaquant helvète a tout raté pour l'instant.
16e Behrami allume la première méche. Mais il en faut plus pour inquièter Cech. Pas mal ce petit Behrami sur son côté droit. 
15e Les Tchèques nous proposent un vrai 4-5-1 avec Koller en pivot aussi vif que le Shaq de Phoenix.
13e Petite frayeur pour les Suisse sur un centre dévie de Jarolim, Magnin n'est pas loin de débuter l'Euro par un CSC. Benaglio le successeur de l'improbable Zubermuller veillait.
11e Jankulovski aussi à l'aise devant que derrière, me glisse mon voisin. 
8e L'arbitre italien oublie un coup-franc pour les Tchèques à 22m. A l'avantage du terrain, c'est toujours sympa. Les pays hôtes sont-ils avantagés à votre avis? Ok, on pense surtout à la Corée du Sud en 2002.
6e Domination suisse pour l'instant. Ils ne semblent pas trop stressés par l'événement.
5e A noter que six joueurs sur le terrain évoluent ou ont évolués en France.

3e La première frappe de cet Euro est pour Frei qui oublie son partenaire à droite. Frei a 20m, faut pas trop compter sur une pase.
1er C'est parti pour ses premières minutes de l'Euro. Trois semaines de plaisir... Enfin si vous aimez le foot.
17h58 Beaucoup d'émotion pour le sélectionneur Kobi Kuhn lors de l'hymne suisse, sa femme est toujours entre la vie et la mort. Il a passé ces derniers jours au service de réanimation de l'hôpital de Zurich.

Les Suisses n'avaient pas de géants se traînant à 2km/h pour traverser les rues de Bâle.

Il y a du people à Bâle. José Baroso est présent, Michel Platini aussi, il doit y avoir un resto dans le coin.

Il y a aussi des skieurs... en carton. On salue toutes les maternelles de Bâle pour cette cérémonie.

La cérémonie d'ouverture vient de débuter. Il y a petit côté Intervilles, sauf que chez les Suisses les vachettes sont en carton.


République tchèque: Cech - Grygera, Ujfalusi (cap.), Rozehnal, Jankulovski - Polak, Galasek, Sionko, Jarolim, Plasil - Koller Sélectionneur: Karel Brückner
Suisse:  Benaglio - Lichtsteiner, Müller (ou Grichting), Senderos, Magnin - Behrami, Inler, Fernandes, Barnetta - Frei (cap.), Streller Sélectionneur: Kobi Kuhn


17h14 Bienvenue sur ce premier live de l'Euro 2008 entre Suisses et Tchèques. Coup d'envoi à 18h tapante, on est en Suisse quand-même...
La Suisse ne sait pas compter en Euros. Cette observation vaut aussi pour l’Euro de foot. Les deux seuls participations helvètes (en 1996 et 2004) n’ont pas dépassé le premier tour. Dans ce groupe A, où on promet la première place au Portugal, ce Suisse-République Tchèque prend des allures d’un huitième de finale avant l’heure.

Il y a quatre ans, il n’y aurait peut-être pas eu match. La puissance collective de la bande à Nedved avait impressionné l’Europe, seul le verrou grec avait eu raison de ce football de velours. Pour cette édition, la République Tchèque s’avance avec moins de garanties. Malgré une première place dans son groupe de qualification acquise devant l’Allemagne, l’impression est plutôt au déclin, surtout depuis le forfait du petit maître à jouer Thomas Rosicky. Des cadres comme Koller et Galasek commencent aussi à faire leur âge, soit la trentaine bien avancée. Le sélectionneur Karel Brückner peut toutefois s’appuyer sur une bonne assise défensive, campée sur un 4-5-1, avec une arrière-garde rompue au championnat italien. Sans oublier que dans un grand jour, Petr Ceh et son casque peuvent dégouter n’importe quelle attaque.
La Suisse de Köbi Kuhn a peut-être moins de talent individuel à opposer, mais la force helvétique depuis l’intronisation de son sélectionneur en 2001 repose sur une organisation tactique sans faille. La «Nati» est le genre d’équipe contre qui personne n’aime évoluer ; Raymond Domenech pourra confirmer.

Pour créer le danger, les Helvètes comptent sur leur milieu droit Tranquilo Barnetta, sans doute le seul joueur de classe internationale à sa disposition, incertain jusqu’en début de semaine pour ce match. Alexander Frei est toujours à la conclusion, mais l’ancien buteur rennais semble victime du «syndrome Pauleta»: prolifique en club, mais mutique en phases finales avec sa sélection. Il a déjà trois matchs pour prouver le contraire… S’il s’abstient déjà de cracher au visage de son adversaire.