VIDEO. Second poteau Pavard: TAKE A BOW SON! Une volée de grand malade en D2 anglaise

FOOTBALL Benjamin Pavard se dit John McGinn en anglais...

W.P.

— 

En gros ça donne ça
En gros ça donne ça — beIN (montage WP)

C’est inéluctable : désormais, chaque « frappe de bâtard » est vouée à réveiller le merveilleux souvenir de l’égalisation de Benjamin Pavard​ contre l’Argentine en huitièmes de finale de la Coupe du monde. Celle de John McGinn, joueur d’Aston Villa (en D2 anglaise), ne déroge pas à la règle. Le milieu de terrain a illuminé le match des Villains contre Sheffield, samedi. Ça se passe de mots.

Mais bon, comme tout le monde ne s’appelle pas Pavard, le pion égalisateur de l’international écossais n’aura pas suffi à éviter le pire à son équipe. Au bout du compte, les visiteurs sont repartis du Villa Park avec les trois points. La comparaison s’arrête donc là.