Coupe du monde 2018: Alexandre Benalla responsable de la descente rapide des Bleus sur les Champs?

FESTIVITES LOUPEES D’après « le Canard Enchaîné », Alexandre Benalla serait responsable des loupés lors des célébrations après la victoire des Bleus au Mondial…

C. Ape.

— 

Les Bleus ont descendu les Champs-Elysées après leur victoire en Coupe du monde
Les Bleus ont descendu les Champs-Elysées après leur victoire en Coupe du monde — JACQUES DEMARTHON / AFP

Célébration ratée des Bleus après la Coupe du monde 2018, épisode 374. D’après nos confrères du Canard Enchaîné, en kiosques ce mercredi, le responsable du fiasco aurait un nom : Alexandre Benalla.

L’hebdomadaire, indique que le directeur de cabinet de l’Elysée a confirmé la présence d’Alexandre Benalla dans le bus des champions du monde, pour « être en contact permanent » avec eux et « faire respecter des délais ». Et ce dès leur descente de l’avion à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Par la suite, le chargé de mission à l’Elysée aurait « imposé une cadence d’enfer au convoi. Avec à la clé : l’assurance pour Macron de faire l’ouverture des 20 heures avec les Bleus en direct de l’Elysée. »

Autre information concernant cette après-midi de célébrations, qui reste en travers de la gorge de certains supporters, le Canard Enchaîné affirme que les Bleus devaient bel et bien communier avec le public depuis le balcon du Crillon. Et le palmipède de publier une copie d’un mail adressé aux membres du Cercle de l’Automobile Club de France, situé à côté du palace parisien. « Au vu des informations qui nous été communiquées par la Préfecture de Police de Paris, l’équipe de France de football descendra les Champs-Elysées vers 17 heures pour ensuite présenter la coupe à tous les supporters au balcon de l’Hôtel de Crillon », peut-on lire dans le mail.

Pourtant, aucune « festivité publique » n’était prévue lundi soir à l’hôtel Le Crillon pour les joueurs de l’équipe de France championne du monde, mais seulement « un rassemblement privé pour ceux qui le souhaitaient », avait indiqué le 17 juillet la Fédération française de football (FFF) à l’AFP.

« La vitesse du car était imposée pour la sécurité, avait de son côté indiqué Noël Le Graet jeudi sur BFMTV et RMC. Nous aurions souhaité que ça aille moins vite. La sécurité était énorme. […] On n’a jamais rien envoyé au Crillon. Ça a été envisagé oui, mais jamais confirmé. Le Crillon est un lieu de location des joueurs. Il était prévu pour 22h à la sortie de l’Elysée. Les joueurs sont sortis à 22h et en aucun cas le balcon n’a été loué, ni demandé à l’hôtel. »

>> A lire aussi : Le dispositif sur les Champs-Elysées «tirait les leçons de 1998»

>> A lire aussi : Champs-Elysées à 100 à l'heure, Crillon zappé… Les Bleus ont-ils raté leur célébration du titre ?