Non, la FIFA ne va pas annuler la victoire de la France contre la Belgique (mais elle a déjà fait rejouer des matchs)

FAKE OFF Un article parodique annonçant une possible annulation de la victoire des Bleus contre la Belgique est devenu viral ces derniers jours...

Alexis Orsini

— 

Umtiti libère les Bleus
Umtiti libère les Bleus — ODD ANDERSEN / AFP
  • Un canular publié après la demi-finale France-Belgique prétendait que la FIFA pourrait annuler le résultat après des contestations de l'équipe perdante.
  • Certains internautes ont cru que la victoire de la France était vraiment menacée.
  • Xavier Barret, journaliste spécialiste du foot et auteur de plusieurs ouvrages sur la Coupe du monde, revient sur la politique d'annulation de la FIFA.

Rassurez-vous, la FIFA n’envisage pas d’annuler la victoire de l’équipe de France de foot contre la Belgique… contrairement à ce qu’affirme un article devenu viral au lendemain de la demi-finale de Coupe du monde entre les deux pays.

Sous le titre « Urgent : la FIFA envisage d’annuler la victoire de la France pour faute d’arbitrage », le site « 24 Jours » se montre en effet particulièrement anxiogène : « Les Français devraient retenir leur souffle et cesser de jubiler si tôt. Nous avons reçu des informations d’une source au sein de l’instance dirigeante du football que la FIFA envisage d’annuler la rencontre entre la France et la Belgique en demi-finales de la coupe du monde en raison d’un mauvais arbitrage. »

En cause, d’après l’article : « L’arbitre aurait été injuste et a refusé d’accorder deux pénalités (sic) contre la France et aurait dû annuler le but de la victoire d’Umtiti en raison d’une chute sur un défenseur belge. »

Mais il s’agit en réalité d’un canular… réalisé par un site spécialisé dans ce type de publication.

FAKE OFF

C’est ce qu’indique clairement 24 Jours dans ses conditions d’utilisation : « 24Jours.com assume toute la responsabilité de la nature satirique de certains de ses articles et de la nature fictive de certains contenus. Tous les personnages apparaissant dans certains articles de ce site Web – même ceux basés sur de vraies personnes – sont entièrement fictifs et toute ressemblance entre eux et toute personne, vivante, morte ou mort-vivante, est purement un miracle. »

Certains internautes ont toutefois pris cette blague virale – partagée plus de 204.000 fois sur les réseaux sociaux et reprise sur d’autres blogs, comme « Africa 24 » – au sérieux.

Si la nature parodique du site ne suffisait pas à convaincre, la Fédération de football belge a depuis confirmé à CheckNews, le service de fact-checking de Libération, que « cette info est fausse ».

« La FIFA n’a jamais fait rejouer un match de phase finale de Coupe du monde »

Le match ne risque donc pas d’être annulé et rejoué… même si ce genre de situation s’est déjà produit dans l’histoire de la FIFA. « L’exemple le plus récent, c’est une rencontre entre l’Afrique du Sud et le Sénégal en vue d’une qualification pour la Coupe du monde 2018 », rappelle Xavier Barret, journaliste et auteur des ouvrages On refait la Coupe du monde (Solar éditions) et Les Coupes du monde de football en 90 minutes (Glénat).

« Il y avait tout un faisceau d’indices contestables sur l’arbitre. La procédure a été très longue, l’enquête a duré de longs mois, mais le match de 2016, gagné par l’Afrique du Sud [sur un penalty imaginaire sifflé par l’arbitre], a été annulé puis rejoué un an plus tard, en novembre 2017… et remporté par le Sénégal, qui s’est ainsi qualifié pour le mondial en Russie. L’arbitre a été suspendu à vie », poursuit le spécialiste.

Xavier Barret indique en outre : « La FIFA a déjà fait annuler et rejouer des matchs à plusieurs reprises mais jamais pendant une phase finale de la Coupe du monde. L’une des rencontres les plus étranges reste le Brésil-Chili de septembre 1989. »

Ce soir-là, la tension est à son comble au fameux stade Maracana puisque les deux équipes jouent une qualification à la Coupe du monde de 1990. « La sécurité était moins grande à l’époque et, en fin de match [alors que l’équipe du Chili est menée 1-0], un fumigène est lancé sur le terrain. Le gardien chilien, Roberto Rojas, s’effondre avant d’être évacué, le visage en sang. La rencontre est suspendue, et les Chiliens réclament de pouvoir rejouer le match, en espérant une victoire sur tapis vert [un résultat modifié ultérieurement en raison d’une irrégularité] », raconte Xavier Barret.

« Mais on a appris par la suite que Roberto Rojas avait caché une lame de rasoir [dans ses gants] et s’était tailladé le visage… Le match n’a pas été rejoué, le Brésil s’est qualifié, le gardien a été suspendu à vie par la FIFA et le Chili écarté de la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis », ajoute-t-il.

La joie des Bleus après avoir ouvert le score lors de France-Belgique, le 10 juillet 2018.
La joie des Bleus après avoir ouvert le score lors de France-Belgique, le 10 juillet 2018. - Pavel Golovkin/AP/SIPA

« Aujourd’hui, il paraît impossible de faire rejouer les matchs »

L’adoption de l’arbitrage vidéo pourrait-elle amener la FIFA à annuler des matchs controversés de phase finale ? Xavier Barret n’y croit pas du tout : « Le but de l’arbitrage vidéo est justement d’éviter ce genre de situation. Aujourd’hui, c’est tellement compliqué de faire rejouer les rencontres, avec toutes les contraintes de calendrier… Ça paraît impossible. […] D’autant que, jusqu’à la création des tirs au but en 1970, on rejouait les matchs en cas d’égalité et que c’est justement pour mettre fin à cette situation qu’ils ont été introduits. Je vois mal la FIFA revenir à un système qu’elle a éliminé. »

Le canular sur la contestation belge du résultat de la demi-finale face à la France, lui, n’étonne pas le spécialiste… même si sa viralité le laisse perplexe : « Il y a une telle recherche de sensationnel aujourd’hui que ce n’est pas surprenant, d’autant que le match était serré et que les Belges ont mal encaissé la défaite […]. A partir de là, on peut tout imaginer, vu la vitesse à laquelle les choses défilent sur les réseaux sociaux… même si c’est le type d’information qui me paraît complètement ahurissant. Heureusement, ça n’a pas duré longtemps ! »

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.