Coupe du monde 2018: Obi Mikel a joué Nigeria-Argentine pendant que son père était retenu en otage

FOOTBALL Le père du capitaine nigérian a finalement été libéré lundi...

P.B. avec AFP

— 

John Obi Mikel face à Leo Messi lors de Nigeria-Argentine, le 26 juin 2018.
John Obi Mikel face à Leo Messi lors de Nigeria-Argentine, le 26 juin 2018. — Dave Shopland/BPI/Shutt/SIPA

Quatre heures avant de jouer un match décisif face à Lionel Messi, John Obi Mikel a reçu un coup de téléphone sur son portable. Un homme lui annonce que son père a été pris en otage au Nigeria et réclame une rançon de 10 millions de nairas (24.000 euros). Le capitaine des Super Eagles n’a rien dit à personne et a joué le match, finalement perdu par le Nigeria 2-1. Lundi soir, les autorités nigérianes ont annoncé que son père avait pu être libéré après un échange de tirs avec les ravisseurs.

« Ils m’ont dit qu’ils le tueraient immédiatement si je prévenais les autorités ou toute autre personne. Je ne savais pas quoi faire mais au final, je ne pouvais pas décevoir 180 millions de Nigérians. J’ai essayé de ne pas y penser et de représenter mon pays », a confié le joueur à ESPN après l’annonce de la libération de son père. Il n’a pas prévenu son coach ou ses coéquipiers car il « ne voulait pas que cela les perturbe » avant un match décisif.

Son père aurait été torturé

Selon le porte-parole de la police, le capitaine de l’équipe du foot éliminée au 1er tour en Russie par l’Argentine a payé 10 millions de nairas de rançon avant la libération de son père. Aucune arrestation n’a pour l’instant eu lieu. Il s’agissait du second enlèvement de Pa Michael Obi, après un premier incident en 2011.

Selon la police, il n’a pas été blessé mais des sources proches de la famille affirment à la chaîne américaine qu’il a été torturé. Il aurait été hospitalisé mardi après la rupture de plusieurs points de suture.