Futsal: On a regardé (un peu par hasard) la première journée de l’Euro, et ça nous a bien plu

FOOTBALL Diffusée sur la chaîne L’Equipe, la onzième édition de l’Euro de Futsal se déroule à Ljubljana en Slovénie…

A.G.

— 

Arena Stozice, Ljubljana, Slovénie
Arena Stozice, Ljubljana, Slovénie — Urban Urbanc / Sportida/SIPA

Les chaussures qui crissent sur le parquet, les gradins verts de la Stožice Arena et Seven nation army​ qui retentit à chaque but… On a regardé (un peu par hasard au début) la première journée de l’Euro de Futsal sur la chaîne  l’Equipe, et franchement, ça nous a plutôt emballés. On vous explique pourquoi.

  • La France à deux doigts de l’exploit face au tenant du titre

Composée d’amateurs, l’équipe de France participe pour la première fois à la compétition. Et comme entrée en matière, on ne pouvait pas faire pire comme adversaire : les Bleus affrontaient mercredi soir l’ Espagne, championne d’Europe en titre. De pas très confiant avant le coup d’envoi (« A combien ça reste correct ? 4-0 ? »), on est devenu fier en voyant la France rentrer aux vestiaires à la mi-temps sur le surprenant score de 2-2. Un pressing agressif converti en 1-0 puis une superbe passe pour faire 2-1, cette équipe de France nous a vraiment fait plaisir.

Encore plus quand, après seulement 13 secondes de jeu dans la deuxième période, les Bleus concluent une contre-attaque éclair (3-2) avant que le capitaine espagnol ne tacle contre son camp un centre venu de la droite pour le 4-2. On a cru à l’exploit mais face à des joueurs professionnels, les Français n’ont pu résister à une remontada espagnole conclue à deux minutes de la fin (4-4). Pas grave, ils ont réussi à nous donner envie de les revoir. Rendez-vous vendredi, contre l’Azerbaïdjan.

  • On a compris les règles assez rapidement

D’abord, en allumant la télé, on a découvert un terrain de handball : même format et mêmes cages. Puis on a compté le nombre de joueurs : 4 joueurs et un gardien de chaque côté, qui peuvent être remplacés de façon illimitée comme au hockey. Le match dure deux fois 20 minutes en temps effectif, c’est-à-dire que le chrono s’arrête dès que le ballon sort en touche. D’ailleurs, les touches sont jouées au pied et il n’y a pas de hors-jeu. Pour ce qui est des fautes, ça ressemble beaucoup au basket : une équipe ne peut en faire plus de cinq sinon l’équipe adverse a le droit à un lancer franc (un penalty quoi) à chaque faute supplémentaire.

>> A lire aussi : VIDEO. Ronaldo ridiculise un adversaire au futsal avec un magnifique petit pont

  • On a aussi découvert ce qu’était un powerplay

Normalement, le gardien ne peut toucher le ballon qu’une seule fois par possession. Mais parfois, quand une équipe veut absolument marquer, le gardien de but peut être remplacé par un joueur de champ. Ce qui nous a un peu interloqués lors du passionnant Pologne-Russie, c’est que ce joueur de champ rentrant à la place de son portier doit porter un maillot de gardien de but muni au dos de son propre numéro. Et parfois, ce joueur au statut un peu spécial peut vraiment être décisif. L’équipe de France l’a appris à ses dépens sur l’égalisation de Bebe à deux minutes de la fin du match, mercredi.

  • Ricardinho nous a offert une petite douceur

Parce que quand on suit une compétition européenne, on ne le fait pas à moitié, on a aussi regardé le Portugal-Roumanie de 18 heures (score final 4-1). On a bien fait, puisqu’on a assisté à une petite sucrerie du meilleur joueur portugais, Ricardinho. Touche, contrôle orienté, coup du foulard. Propre.