DNCG: Lille, Lens et Valenciennes passent un oral important devant le gendarme du foot français

FOOTBALL Les trois clubs nordistes ont rendez-vous ce mardi à Paris pour faire un point d'étape sur leur budget...

Francois Launay
— 
La pelouse d'un terrain de foot (illustration).
La pelouse d'un terrain de foot (illustration). — PIXATHLON/SIPA

Rendez-vous décisif. Ce mardi, les représentants de Lens, Lille et Valenciennes seront à Paris devant la DNCG. Les trois clubs nordistes viennent faire un point d’étape devant le gendarme du foot français six mois après avoir présenté leur budget prévisionnel pour la saison. Sanctions, ajustements ou passage sans problème, voilà ce que peuvent espérer les trois clubs.

Passage sous tension pour le club nordiste

Des trois clubs nordistes, c’est sans doute le LOSC qui a le plus à craindre de ce passage devant la DNCG. En juin dernier, le club, qui visait le top 5, avait annoncé un budget d’environ 100 millions d’euros devant le gendarme du foot français. Mais personne au club n’imaginait se retrouver en aussi mauvaise position à l’issue de la phase aller.

>> A lire aussi : Les dix jours décisifs qui attendent le LOSC

S’il veut espérer se renforcer cet hiver, le club va devoir se montrer convaincant devant la DNCG qui, si elle n’a pas suffisamment de garanties financières, pourrait prendre des mesures à l’encontre du club nordiste. Indice pas forcément rassurant : initialement convoqué devant la DNCG le 21 novembre, le club avait demandé de reporter son rendez-vous. Officiellement, il n’y a rien d’inquiétant. La réponse de la DNCG mardi soir dira s’il faut vraiment s’inquiéter pour les finances du club.

Lens a déjà revu son budget à la baisse

Alors que son budget initial présenté en juin dernier était de 41 millions d’euros, le Racing viendra annoncer à Paris devant la DNCG qu’il a revu ses prétentions à la baisse avec un budget désormais établi à 38 millions d’euros. Une baisse liée au début de saison catastrophique du club qui a été obligé de revoir sa copie. A priori, aucune sanction ne menace réellement cet hiver le Racing qui a déjà annoncé vouloir dégraisser son effectif (35 joueurs sous contrat pro) dès janvier.

Valenciennes espère ne plus être encadré au niveau de sa masse salariale.

A Valenciennes aussi on attend ce passage devant la DNCG plutôt sereinement. Malgré des condamnations aux prud’hommes qui doivent lui faire débourser près de 700.000 euros à des anciens salariés dont Bernard Casoni, ex-entraîneur du club, le club n’imagine pas des sanctions supplémentaires. Encadré au niveau de sa masse salariale cet été, VA devrait le rester. A moins d’une grosse surprise qui entraînerait la levée des sanctions.