VIDEO. Trail: La belle aventure des réfugiés du Team Liberté, prêts à parcourir la SaintéLyon

COURSE A PIED Originaires d'Afghanistan et de Guinée Conakry, Rauf, Mahdi, Alseny et Amir vont s'élancer de Saint-Etienne dans la nuit de samedi à dimanche pour 72 km en relais...

Jérémy Laugier
— 
Quatre coureurs du Team Liberté, Rauf, Daouda, Alseny et Yassin, ici lors d'un entraînement au-dessus d'Annecy.
Quatre coureurs du Team Liberté, Rauf, Daouda, Alseny et Yassin, ici lors d'un entraînement au-dessus d'Annecy. — Cyrille Jeancler
  • Militant de la Ligue des Droits de l’Homme, Cyrille Jeancler a proposé en mars aux réfugiés du Centre d’accueil et d’orientation (CAO) d’Annecy une sortie en montagne.
  • Neuf mois plus tard et toujours en attente de papiers, certains d’entre eux ont tellement apprécié la découverte du trail qu’ils vont participer à leur première SaintéLyon dans la nuit de samedi à dimanche.

En proposant en mars dernier une sortie en montagne à quelques réfugiés résidant depuis novembre 2016 au Centre d’accueil et d’orientation (CAO) d’Annecy, Cyrille Jeancler ne pensait pas déclencher une telle aventure. « Je me suis vite rendu compte que certains d’entre eux étaient très bons donc je leur ai suggéré de se mettre au trail », explique le président de la section annécienne de la Ligue des Droits de l’Homme.

Au vu de la motivation de Rauf, Mahdi, Alseny, Amir, Yassin et Daouda, originaires d’Afghanistan et de Guinée Conakry et ayant entre 19 et 29 ans, celui-ci les inscrit dans la foulée au redoutable relais de la Maxirace du lac d’Annecy (85 km et 5.140 m de dénivelé positif) le 28 mai. Le Team Liberté y réalise une sacrée performance en se hissant dans le Top 100 en moins de 13 heures de course, et ce… en plein début de ramadan.

Des temps de passage explosés malgré le ramadan

« J’avais un peu peur pour eux car deux des quatre coureurs ont refusé jusqu’au bout de boire et de manger, tout en devant se trimballer 1,5 litre d’au dans le sac comme l’obligeait le règlement, se souvient avec admiration Cyrille Jeancler. Ils ont explosé les temps de passage que j’avais prévus en tenant compte de leur déshydratation durant l’effort. »

Une première qui a incité le Team Liberté à remettre ça dans la nuit de samedi à dimanche sur la SaintéLyon (72 km), toujours en relais de quatre coureurs. Passés par la « jungle » de Calais et le camp Stalingrad à Paris, Rauf, Mahdi, Alseny et Amir (Yassin sera remplaçant) vont donc courir une nouvelle fois pour ces 70 réfugiés du CAO d’Annecy, toujours en attente de papiers.

>> A lire aussi : «On remet des centaines de coureurs à flot»… Comment les rares spectateurs de la SaintéLyon jouent un rôle clé

« Ce sont vraiment des tigres en cage avant la SaintéLyon »

« Cette histoire a remonté le moral de tout le monde au CAO, indique Cyrille Jeancler. On ne peut leur donner ni travail ni études donc le trail leur permet de se canaliser et de patienter. » Avant de participer à des courses (Rauf s’est également classé 23e sur le trail de 11,5 km à Faverges en juillet), ces néo-trailers sont par contre plutôt impatients. « Leur motivation est tellement incroyable qu’Alseny visait la victoire sur la Maxi-Race. Depuis quelques jours, ce sont vraiment des tigres en cage à l’idée de s’élancer sur la SaintéLyon. »

Les quatre compères, qui visent entre 7 heures et 7h30 pour ce relais, ne sont guère inquiets du froid et des risques de neige accompagnant leur premier trail nocturne. « Ils ont vécu des choses extrêmement difficiles dans leur vie comme des naufrages en Méditerranée, confie le militant de la Ligue des Droits de l’Homme. Ils ont donc forcément une grosse force mentale. »

>> A lire aussi : Comment la SaintéLyon est devenue une course mythique