Coupe du monde 2018: Le boss de l'UEFA juge que «c'est trop tôt» pour l'utilisation de l’arbitrage vidéo

FOOTBALL Aleksander Ceferin a donc un avis contraire à celui du président de la Fifa, Gianni Infantino...

N.C.

— 

Aleksander Ceferin, le président de l'UEFA, pense que l'utilisation de la vidéo au Mondial 2018 serait prématuré.
Aleksander Ceferin, le président de l'UEFA, pense que l'utilisation de la vidéo au Mondial 2018 serait prématuré. — Laurent Gillieron/AP/SIPA

Le président de l'UEFA Aleksander Ceferin a jugé prématurée l'introduction de l'assistance-vidéo à l'arbitrage lors de la prochaine Coupe du Monde cet été en Russie, estimant que l'arbitre devait «rester le juge», jeudi dans une interview au quotidien italien La Repubblica.

>> A lire aussi: «Une erreur tous les dix matchs»... Est-ce une folie de vouloir mettre l’arbitrage vidéo dès le Mondial en Russie?

«C'est trop tôt», a-t-il répondu à une question sur l'introduction de la VAR en Russie, souhaitée par le président de la Fifa Gianni Infantino. Je sais qu'on ne reviendra pas en arrière mais sur ce sujet, je suis un peu conservateur. L'arbitre doit rester le juge, sinon, c'est comme si c'était un robot qui prenait les décisions.»

Le Board, instance garante des lois du jeu, doit donner en mars sa décision quant à l'autorisation de la VAR. Le système a déjà été testé dans plusieurs compétitions organisées par la Fifa est l'est également en championnat d'Italie et en championnat d'Allemagne.