FC Lorient-Stade Brestois: «Quand tu remportes un derby, c’est toujours une fierté», affirme Gautier Larsonneur

INTERVIEW Le jeune gardien du SB29 a hâte d'en découdre au Moustoir...

Propos recueillis par Jeremy Goujon

— 

Gautier Larsonneur fut élu meilleur joueur du mois de septembre par les rédacteurs et internautes du site MaLigue2.
Gautier Larsonneur fut élu meilleur joueur du mois de septembre par les rédacteurs et internautes du site MaLigue2. — www.instagram.com/glarsonneur
  • Pur produit de la formation brestoise, Gautier Larsonneur a paraphé son premier contrat professionnel, d'une durée de trois saisons, en mai 2017.
  • Aligné par Jean-Marc Furlan en raison de la blessure de Julien Fabri, le Breton a, depuis, conservé sa place, malgré le retour au club de Donovan Léon.
  • À 20 ans, il va disputer son premier derby à un niveau aussi élevé que la Ligue 2, samedi après-midi au Moustoir.

Passé d'éventuel n°3 à gardien titulaire au Stade Brestois, Gautier Larsonneur est l’une des révélations du début de saison en Ligue 2. Formé au SB29, le jeune portier (20 ans) gardera les cages finistériennes à Lorient, samedi (15 heures).

Votre premier derby breton chez les professionnels a-t-il une résonance particulière ?

Des derbys, que ce soit contre Guingamp, Lorient ou Rennes, j’en ai joués un paquet dans ma jeunesse. Mais le premier en pro, ça a toujours une saveur différente. En plus, étant donné que je suis un Brestois pure souche… J’éprouve beaucoup de passion envers le club de Brest, et pour un match comme ça, tu as envie d’imposer ta suprématie et porter haut les valeurs du SB29.

>> A lire aussi: «J’ai l’impression que le Brest-Guingamp, c’est quelque chose, non?», reconnaît l'ancien Lorientais Stéphane Pédron

Le duel régional le plus bouillant, c’est contre Guingamp ?

Je sais que les supporters ont plus de « haine » contre eux. C’est donc un tout petit peu plus chaud face à l’En Avant, mais j’espère que la rencontre de ce week-end sera à la hauteur du mot « derby ».

Vous en avez gagné beaucoup jusqu’à présent ?

Oui, pas mal ! J’ai surtout gagné des matchs assez importants. Quand tu remportes un derby, c’est toujours une fierté. Je m’en rappelle d’un en particulier, quand je n’avais que 15 ou 16 ans. C’était mon premier match à l’époque avec les U19 Nationaux, j’étais le petit jeune de l’équipe, et on avait réussi à battre une grosse équipe de Guingamp sur le score de 1-0. Celui-là est resté gravé, mais bon, on en a aussi gagnés dans les autres catégories d’âge…

>> A lire aussi: De quelle réussite pourrait s'inspirer l'entraîneur néophyte du FC Lorient, Mickaël Landreau?

Selon l’entraîneur des Merlus, Mickaël Landreau, « on (lui) parle de ce Lorient-Brest depuis qu’(il a) signé » dans le Morbihan. Ressentez-vous le même engouement de votre côté ?

C’est sûr, puisque ça fait quelque temps que Brest n’a pas disputé de derby. Personnellement, j’allais à Francis-Le Blé ou même à l’extérieur pour y assister. C’est très, très prenant, et je pense que tout le monde avait coché la date de ce match sur son calendrier. Tu as de gros matchs à jouer dans la saison, et celui contre Lorient en fait partie. On sait qu’il y a beaucoup de ferveur, on le voit déjà avec les nombreux supporters qui vont nous suivre là-bas [le parcage visiteurs est complet depuis mardi]. On les remercie vraiment du fond du cœur de faire le déplacement, parce qu’avec eux, on sera plus forts.

D’autant que vous êtes un peu dans le dur en ce moment (quatre matchs de suite sans succès, aucun but marqué lors des trois dernières journées)…

On traverse effectivement une période moins faste qu’auparavant [six victoires et un nul en sept rencontres, entre le 19 août et le 29 septembre], mais je pense quand même qu’on reste sur des prestations très cohérentes, hormis à Nîmes, où les circonstances ont fait que le résultat escompté n’a pas été le bon [défaite 4-0 le 20 octobre, après avoir été réduits à neuf au bout de 54 minutes]. On reste assez sûrs de nos forces, et on ne doute pas forcément.

Au fait, vous étiez fan du Landreau gardien de but ?

On rêve tous d’un début de carrière à la Mickaël Landreau [lequel avait démarré en D1 à 17 ans]. C’est une référence, il a connu l’équipe de France et vécu de belles épopées avec le FC Nantes. J’ai beaucoup de respect pour cette personne, et j’espère que sa carrière en tant que coach va se dérouler du mieux possible.