Père Fouettard: «Je ne m’intéresse plus à Platini», Noël Le Graët est impitoyable avec l'ancien boss de l'UEFA

FOOTBALL Quand le président de la Fédé fait un compliment, ce n'est jamais bon signe en général...

Aymeric Le Gall

— 

Noël Le Graët, avec un gant de baseball invisible
Noël Le Graët, avec un gant de baseball invisible — AFP

A chaque fois que Noël Le Graët prend la parole, c’est toujours un régal. Au petit matin, une bonne interview de Le Graët, c’est mieux que le croissant pour accompagner le café.Interrogé dans L’Equipe au sujet de Michel Platini et de sa traversée du désert après sa suspension de la Fifa, le boss de la 3F s’est une nouvelle fois montré maître dans l’art du compliment qui tue. Le principe est simple : un compliment enrobé d’une gifle, comme pour mieux faire passer la pilule.

>> A lire aussi : «Avec Twitter il devient un gamin», Noël Le Graët part en freestyle pour parler de Jean-Michel Aulas

L’affaire Platini ? « Politiquement, quand on a un poste important, il faut être extrêmement vigilant. Michel est un homme honnête, j’en suis sûr. Peut-être un peu négligent, comme tous les gens médiatiques qui ne font pas très attention à leur environnement. » Ou encore : « Grâce à lui on a eu l’Euro. On l’aurait peut-être eu sans lui, mais il a été partie prenante pour que la France ait cette compétition. » Un compliment, une torgnole, CQFD.

« Un honnête homme, même s’il est un peu naïf »

La réaction de Platini au moment de l’affaire ? « Les gens très médiatiques pensent qu’ils sont au-dessus des lois. Il y a un peu de ça, quelque part, pour Michel. Mais je le répète, il n’est pas un tricheur. Il est un honnête homme, même s’il est un peu naïf. » C’est donc « un honnête homme » qui pense qu’il est « au-dessus des lois ». Magique !

Et finalement, en fin d’interview, les compliments s’effacent pour faire seule place au bâton. Platini a pu être surpris par le manque de soutien de Le Graët ? « Je l’ai dit, je n’allais pas le border tous les soirs. » Les mots durs de Platoche envers lui ? « Je m’en fiche complètement, ça le regarde. S’il veut revenir à l’UEFA ou à la Fifa, dans un club ou même à la Fédération, c’est son problème pas le mien. Allez, une petite dernière pour la route : le Fédé peut-elle jouer un rôle pour aider Platini s’il compte revenir dans le jeu ? « Aucun. Je ne m’intéresse plus à Platini. Il fait ce qu’il veut dans sa vie. »