«J'aurais dû m'arrêter plus tôt», Sepp Blatter regrette sa fin de règne à la Fifa

FOOTBALL En fait, son éviction a été «un soulagement», dit-il aujourd'hui...

N.C. avec AFP

— 

Sepp Blatter lors d'une intervention au club de football suisse du FC Thun, le 12 septembre 2016.
Sepp Blatter lors d'une intervention au club de football suisse du FC Thun, le 12 septembre 2016. — Peter Schneider/AP/SIPA

Sepp Blatter, le président déchu de la FIFA, a révélé qu'il regrettait d'être resté si longtemps à la tête du football mondial, qu'il a dirigé entre 1998 et 2015, dans une interview publiée dimanche par le journal suisse SonntagsBlick. «J'aurais dû m'arrêter plus tôt», a déclaré Blatter, 81 ans, qui a été déchu en 2015 juste après sa réélection pour un cinquième mandat à la tête de la FIFA, ajoutant que son éviction avait «été un soulagement».

>> A lire aussi: Michel Platini sort d'un an de silence et allume Sepp Blatter

L'ancien homme fort de la FIFA a raconté qu'un rédacteur en chef d'un magazine suisse lui avait affirmé que le mandat de président de la FIFA avait une date limite. «Chez toi, m'avait-il dit, la date est 2014, et je lui ai répondu que quelquefois il est écrit que le produit peut être consommé au-delà de cette date limite s'il est conservé dans un endroit frais», a relaté Sepp Blatter au SonntagsBlick.

Interrogé par ailleurs sur des informations du magazine allemand Der Spiegel selon lesquelles l'actuel président de la FIFA Gianni Infantino a eu peur d'être démis de ses fonctions, Blatter a répondu : «je ne le sais pas, je sais seulement que d'anciens collaborateurs de la FIFA se sont adressés à cause de lui à la Commission d'éthique et que 3 ou 4 semaines plus tard, ils ont été éjectés de la Fifa».

Déçu par la vidéo

Le président déchu de la FIFA s'est par ailleurs montré déçu par l'assistance vidéo à l'arbitrage expérimentée pour la première fois dans un tournoi international A lors de la Coupe des Confédérations. «Le jeu perd en attractivité (...), il faut laisser les arbitres faire des erreurs, ce que fait la FIFA est délicat et dangereux», a-t-il conclu.