Liverpool: Indigné par un article raciste visant Barkley, le maire invite les supporters d'Everton à tourner le dos au jeu

FOOTBALL Le joueur d'Everton Ross Barkley a été comparé à un gorille par un chroniqueur du Sun, qui a depuis été mis à pied...

W.P.

— 

A gauche, Ross Barkley
A gauche, Ross Barkley — Oli SCARFF / AFP

L’affaire a déjà fait couler beaucoup d’encre outre-Manche. Kelvin MacKenzie, chroniqueur du tabloïd The Sun, a défrayé la chronique après avoir publié un papier hautement polémique lors duquel il comparait le joueur d’Everton, Ross Barkley, à un gorille, avant de finir en apothéose en expliquant que les habitants de Liverpool percevant « un paquet de fric » comme le joueur de 23 ans étaient « des trafiquants de drogue ».

A 15h06, le dos tourné au jeu

Résultat, MacKenzie a été mis à pied par le tabloïd, une enquête préliminaire a été ouverte par la police et les habitants de la ville sont furax, à commencer par le maire de Liverpool, Joe Anderson. « Non seulement c’est du racisme dans le sens où Barkley est métis, mais c’est aussi un stéréotype raciste sur Liverpool. C’est raciste et préhistorique », a-t-il réagi, outré.

Pour exprimer cette indignation générale, Anderson propose donc aux supporters d’Everton de tourner le dos à la pelouse à 15h06 précises et au club de ne plus accepter de journalistes du Sun en tribune de presse.

L’initiative fait également écho avec le 28e anniversaire du drame de Hillsborough, qui avait causé la mort de 96 supporters de Liverpool le 15 avril 1989. Le lendemain, le Sun accusait les supporters des Reds d’être responsables du drame (l’inverse a depuis été prouvé).