Arsenal: Wenger croit en la 4e place et se moque (gentiment) de ses supporters

FOOTBALL Arsène Wenger croit encore à une qualif' en Ligue des Champions...

A.L.G. avec AFP

— 

Arsène Wenger lors du match entre le Bayern Munich et Arsenal le 15 février 2017.
Arsène Wenger lors du match entre le Bayern Munich et Arsenal le 15 février 2017. — Sven Hoppe/AP/SIPA

A Arsenal, ça serait un moindre mal de dire que les saisons se suivent et se ressemblent. Sauf que cette année c’est encore pire que ça. Bon, pour ce qui est de la Ligue des champions, les Gunners sont dans leurs temps de passage habituels. En se faisant déchiqueter par le Bayern (10-2 sur les deux matchs) en 8e de finale, les Londoniens perpétuent leur tradition ancestrale du « un petit tour et puis s’en va ».

Bye bye le Big Four

En championnat, en revanche, les choses se compliquent. Si jusqu’ici les hommes d’Arsène Wenger avaient pris l’habitude de tout le temps terminer dans le top 4 (une superbe perf', disons-le), cette saison leur place dans le Big Four ne leur est pas du tout assurée.

>> A lire aussi : Ça fait mal au coeur, mais cette fois ça sent vraiment la fin pour Arsène Wenger

Même si rien n’est encore joué, les Gunners, 6e de Premier League, affichent 7 points de retard sur City, 4e (avec un match en moins). Rien de bien grave cependant pour Tonton Arsène : « Je me dis que nous devons finir le plus haut possible. C’est un bon challenge (finir dans les quatre premiers, ndlr), mais je crois que c’est parfaitement réalisable. »

Un Wenger un brin moqueur

Jusque-là, rien de bien foufou dans cette décla’(il aurait été étonnant de l’entendre dire « c’est mort, on est foutus »). Mais c’est ensuite que Wenger est devenu un peu plus rock’n’roll, n’hésitant pas à glisser un gentil taquet à ses propres supporters.

« J’ai réussi à relever ce défi pendant 20 ans et cela semblait facile (…) Soudainement cela devient important, et je suis ravi de voir le public se rendre compte que ce n’est pas si évident. » Une sortie qui passerait presque pour une petite provocation quand on connaît le climat hyper tendu entre le manager français et une bonne partie de ses fans.