Affaire des corticoïdes: Dan Carter blanchi, Imhoff et Rokocoko aussi ?

RUGBY Les trois joueurs avaient été contrôlés positifs avant la finale du Top 14 la saison dernière...

N.C. avec AFP

— 

Dan Carter lors d'un match entre le Racing et Castres, le 24 septembre 2016.
Dan Carter lors d'un match entre le Racing et Castres, le 24 septembre 2016. — Pascal RODRIGUEZ/SIPA

Dan Carter, l'ouvreur néo-zélandais du Racing 92, «ne sera pas inquiété» dans l'affaire des corticoïdes, et ses deux coéquipiers concernés également par la présence de corticoïdes dans leurs urines le soir de la dernière finale de Top 14 devraient connaître le même sort, selon L'Equipe de lundi. Carter «a donc été blanchi et a reçu la notification de la décision samedi», affirme le journal sportif.

>> A lire aussi: Avec les corticoïdes, comment le Top 14 va produire des vieux cabossés

«Ses partenaires Juan Imhoff et Joe Rokocoko devraient vraisemblablement connaître le même sort», ajoute L'EquipeLes trois joueurs du club francilien s'étaient expliqués mercredi devant la commission de lutte contre le dopage de la Fédération française de rugby (FFR).

La commission doit envoyer en début de semaine sa décision motivée par courrier recommandé, une décision susceptible d'appel par les joueurs et l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). C'est l'AFLD qui avait diligenté le contrôle le 24 juin, lors de la finale du Top 14 délocalisée au Camp Nou à Barcelone et remportée par le Racing 92 face à Toulon (29-21). Dans les urines de trois des principaux joueurs du nouveau champion de France, avaient été retrouvées des traces de corticoïdes.

Des traitements ne nécessitant pas d'AUT

Les corticoïdes, aux vertus multiples (anti-inflammatoires, anti-douleur, anti-allergiques...), sont interdits en compétition sans autorisation d'usage thérapeutique (AUT) lorsqu'ils sont utilisés par voie systémique (orale, intraveineuse, intramusculaire ou rectale), mais autorisés par voie locale (articulaire, tendineuse, épidurale, cutanée et inhalée). Après la révélation de l'affaire il y a dix jours, le Racing 92 avait assuré qu'il s'agissait «de traitements administrés par voie autorisée, prodigués en réponse à des pathologies avérées, plusieurs jours avant la finale du Top 14 et ne nécessitant pas d'AUT».