France-Bulgarie : Sagna qui boîte, Pogba qui nous snobe, on vous raconte les coulisses de la victoire tricolore

FOOTBALL Voilà comment ça se passe après une belle victoire des Bleus au Stade de France...

Julien Laloye

— 

Paul Pogba après une occasion ratée contre la Bulgarie, le 7 octobre 2013.
Paul Pogba après une occasion ratée contre la Bulgarie, le 7 octobre 2013. — Michel Euler/AP/SIPA

Au stade de France,

Les soirs de victoire, c’est toujours plus facile, mais après la Bulgarie, c’était presque miraculeux. Des joueurs qui sortent en cinq minutes et qui suivent docilement les ordres de Philou Tournon, l’éternel attaché de presse des Bleus. « Toi tu vas à la télé, toi tu fais les radios, toi la presse écrite ». Bref, pour une fois, on a eu du biscuit en zone mixte. On vous raconte pêle-mêle.

>> Le match à revivre en direct comme-à-la-maison

Sagna qui boîte bas

Le latéral de City a quitté les copains au bout de 20 minutes, la cuisse gauche en vrac. Sur une jambe, il a quand même pris le temps de nous raconter sa faute bizarre sur le penalty. « Sur la balle en profondeur, je sens mon muscle se déchirer. Mon adversaire fait un crochet puis un deuxième. J’arrive à prendre l’avantage mais je ne parviens pas à pousser. Tout de suite, je pense au penalty mais aussi à ma cuisse. J’ai su tout de suite que j’avais un problème ». Mais le Bacary ne plie pas pour si peu. Il a attendu d’offrir l’égalisation à Gameiro avant de sortir. « On me reprochait de ne pas être décisif, non ? ». Un peu moins depuis qu’il centre comme David Beckham (3 passes décisives en 2016 en bleu). Forfait pour les Pays-Bas, il est remplacé par Corchia.

Pogba qui fait (presque) une déclaration

Ca fait longtemps qu’on ne demande plus rien au Mancunien qui ne nous adresse plus la parole depuis des mois. Un collègue amateur de selfies a tenté sa chance en le prenant par les sentiments photographiques. Voici la conversation in extenso

- « Pourquoi tu ne nous parles jamais, Paul ? »

- « Parce que c’est sur le terrain qu’il faut parler »

- « Oui, mais nous, on n’est pas sur le terrain, il faut que tu nous expliques »

Haussement d’épaules de Pogba qui sourit et qui repart après la photo.

Pour le contexte, sachez que sa remarque tombe mal. Contre la Bulgarie, Pogba a été le plus mauvais tricolore d’assez loin, ratant beaucoup de choses faciles avant de se reprendre sur la fin. C’est Griezmann qui s’est chargé du comité de défense:

« Paul a besoin d’affection des journalistes, il essaie de faire de son mieux de tout donner, il a un jeu différent avec la Juve, avec Manchester et ici aussi. À chaque match, on est un peu trop sur lui, il a besoin de soutien. On attend de lui qu’il fasse jouer l’équipe, que ce soit la plaque tournante, pas qu’il marque des buts de 50 mètres. »

Le Kostadinov bulgare qui nous met un vent

Grand moment de solitude heureusement vécu dans l’anonymat le plus complet. La titularisation côté bulgare de Georgi Kostadinov, 23 ans après, nous avait beaucoup plu. Sans doute une blague du sélectionneur présent au Parc le 17 novembre en 1993. On s’est mis en tête d’arrêter l’impétrant pour lui demander s’il savait tout ce que son patronyme recelait de frustrations dans le coin. Notre conversation avec le Philippe Tournon bulgare, là aussi in extenso:

- « Est-ce que vous pourriez aller chercher Goergi un petit moment pour la presse française ? » 

- « Il ne parle pas anglais »

- « Avec moi, il ne sera pas dépaysé »

- « Je vais voir ce que je peux faire »

On attend toujours.

Payet qui fait la tournée des popotes

Si Pogba ne parle à personne, sachez que d’autres font le boulot à sa place. Ainsi, Dimitri Payet, ramené de gré ou de force pour aller dire un mot à France Ô, la chaîne de l’Outre-Mer. Puis Dimitri Payet qui fait demi-tour pour aller satisfaire le désir pressant du journal de la Réunion, son île natale. Et enfin Dimitri Payet qui vient parler à 20 minutes. Non, c’est de l’humour, mais voilà pour la substantifique moelle de ses propos.

« On n’a pas paniqué après le penalty, on a continué à jouer. On avait très envie de gagner après ce qui s’était passé en Biélorussie (0-0). On avait envie de faire mieux. On a l’impression que le groupe de qualification a vraiment commencé. »