JO 2016: On est sûrs que vous ne souveniez pas de Vanderlei de Lima, le dernier relayeur de la flamme olympique

JEUX OLYMPIQUES L'ancien marathonien a eu droit à cet insigne honneur...

Romain Baheux
— 
Vanderlei de Lima à Rio le 5 août 2016.
Vanderlei de Lima à Rio le 5 août 2016. — Jae C. Hong/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Rio,

On avait beaucoup parlé de Pelé, mais sa santé chancelante l’a privé du déplacement. Puis, Gustavo Kuerten. Mais le triple vainqueur de Roland-Garros a été choisi pour entrer dans le Maracana avec la flamme olympique. Et quand la lumière du stade a dévoilé l’identité de l’ultime porteur de l’objet tant convoité, on s’est dit que les organisateurs avaient tapé dans le mille, à l’image d’une cérémonie d’ouverture très réussie.

Nom : Vanderlei de Lima. Profession : ancien marathonien. Signe particulier ? Est entré dans la légende des Jeux un dimanche de l’été 2004. Souvenez-vous, la scène avait fait le tour du monde. En tête à sept kilomètres de l’arrivée du marathon des JO d’Athènes, le coureur brésilien est agrippé par un déséquilibré, un prêtre irlandais à moitié à poil. Coupé dans son effort, Vanderlei de Lima repart mais ne peut faire mieux qu’un bronze, sommet de sa carrière.

Le voilà devenu l’incarnation du sportif cruellement battu par un élément extérieur, rôle qui lui vaut encore sa notoriété actuelle. Dix ans après Athènes, une télévision brésilienne le ramène sur les lieux du drame. « C’était spécial pour moi, expliquait-il à NBC avant les JO. J’y ai revécu toutes les émotions et je me suis rappelé tout ce qu’il s’était passé en 2004. » Et vendredi soir, en montant vers la vasque olympique? On parierait très fort qu'il a dû repenser à ce foutu prêtre irlandais.