JO 2016: Pendant que vous dormiez, les Bleues ont dérouillé la Colombie

JEUX OLYMPIQUES Les Françaises, qui ont étrillé les Sud-Américaines (4-0), se tournent maintenant vers le favori américain...

Romain Baheux
— 
Camille Abily fête son but lors de la victoire de la France contre la Colombie le 3 août 2016.
Camille Abily fête son but lors de la victoire de la France contre la Colombie le 3 août 2016. — SIPANY/SIPA

Les Bleues n'étaient pas venues faire du tourisme, et ça s'est vu: l'équipe de France a idéalement démarré dans le tournoi olympique de foot féminin en surclassant la Colombie (4-0), mercredi à Belo Horizonte.

La route est encore longue d'ici le podium tant cherché et jamais conquis ces dernières années (4e au Mondial 2011, 4e aux JO 2012, quarts de finale à l'Euro 2013 et au Mondial 2015).

Mais au moins les Bleues de Philippe Bergeroo ont-elles étalé leur force, engrangé de la confiance et surtout pris la tête du groupe G à la différence de buts devant les Etats-Unis, qui avaient battu la Nouvelle-Zélande plus tôt (2-0).


Elle ont aussi mis un terme à un problème d'efficacité plus ou moins lancinant ces derniers temps. C'est d'abord Le Sommer qui est entrée en scène, avec un centre qui a poussé Carolina Arias à ouvrir la marque contre son camp dès la 2e minute. L'attaquante des Bleues a doublé la mise de la tête après une frappe lobée de Henry rebondissant sur la barre (14e).

Les Françaises ont également su exploiter l'arme du coup franc en en réussissant deux, par Abily (42e) et Majri (83e).

Place au gros morceau américain

La défense française, remodelée après les forfaits de Georges et Boulleau remplacées par Mbock et Majri, a dressé un rempart étanche devant la gardienne Bouhaddi, très peu sollicitée, si bien que les Bleues enchaînent un septième match à la cage inviolée.

Le souvenir du premier tour du Mondial 2015, lorsque la Colombie avait surpris la France (2-0), peut désormais se ranger au rayon des vieilleries.

Et celui qui s'annonce samedi, toujours à Belo Horizonte, est autrement plus relevé: la capitaine Renard et ses partenaires auront rendez-vous avec les Etats-Unis, triples tenants olympiques en titre et champions du monde 2015.

Les Françaises tenteront de leur disputer la suprématie du groupe G, avec un enjeu de taille: il s'agit de terminer en tête car le deuxième de leur poule affrontera le vainqueur du groupe F, qui selon toute vraisemblance devrait être un autre épouvantail, l'Allemagne.