VIDEO. Euro 2016: La Croatie de Modric marche sur la Turquie, voilà un bel outsider de la compétition

FOOTBALL Les Croates n'ont mis qu'un but mais ça ne reflète pas du tout le bouillon qu'on pris les Turcs...

Nicolas Camus

— 

La joie de Luka Modric après son magnifique but lors de Turquie-Croatie à l'Euro, le 12 juin 2016.
La joie de Luka Modric après son magnifique but lors de Turquie-Croatie à l'Euro, le 12 juin 2016. — Martin Meissner/AP/SIPA

De notre envoyé spécial au Parc des Princes,

Ambiance de feu, artistes sur le terrain, ce Turquie-Croatie disputé au Parc des Princes, dimanche avait tout pour être le gros match de ce début d’Euro. Au final, si on a bien vu la force du milieu de terrain croate, il a manqué quelques éclairs de Turan ou Calhanoglu de l’autre côté pour avoir droit à une opposition de haute volée. Ce match a toutefois confirmé une chose : la Croatie, vainqueur 1-0, a une bonne tête d’outsider sérieux dans cet Euro. Voilà pourquoi.

Un petit but d’écart, ce n’est pas cher payé

Ca a commencé dès les premières secondes, avec une déviation de Rakitic passée juste devant le but turc. Le tempo du match était donné, et il n’allait pas varier pendant 90 minutes. Et si Babacan n’a cédé qu’une fois, c’est un petit miracle. Jugez plutôt : deux fois la barre transversale a tremblé, sur un magnifique coup franc et Srna (52e) et une tête à bout portant de Perisic (73e) ; Entre-temps, le même Srna avait confirmé qu’il était bien défenseur en tirant à côté à 6 mètres des buts (55e), alors que si Brozovic avait fait une pointure de plus il aurait poussé tranquillement le ballon dans les filets (67e). Et on en passe… Bref, un petit 4-0 n'aurait pas été volé pour les Croates.

Luka Modric, quel joueur !

On connaissait sa grande valeur, et il a quand même réussi à nous bluffer. Modric est le vrai patron de cette équipe. Il joue bas, il rameute, il distille, il crée le décalage et il monte juste quand il faut. Le Pirlo croate, quoi. Et que dire cette volée (25e), excessivement compliquée à ajuster sur une chandelle d’un défenseur turc. La grande classe.

Subasic est là quand il faut

Il n’a eu qu’un arrêt à faire, sur une tête aux 6 mètres de Tufan, et il ne s’est pas loupé. A ce moment-là (29e), il y avait encore 0-0 et le match aurait évidemment été tout autre sans cette parade. Le gardien de Monaco s’est aussi montré rassurant dans les airs quand la Turquie a fait semblant de pousser dans la dernière demi-heure. Pas de grande équipe sans grand gardien, on le sait. Et les Croates l’ont avec Subasic.

Les gaillards sont du genre solides

Un coude qui traîne, une tempe qui saigne… Il en faut plus pour bouger les défenseurs croates. Corluka aurait encore pu en prendre trois comme ça, il n’aurait rien lâché. La preuve, c'est lui qui a sauvé la patrie à la 92e sur une dernière situation chaude. Les Espagnols et les Tchèques, futurs adversaires dans ce groupe D, sont prévenus.

Leurs supporters sont fous

Non mais c’est quoi ça ? Sur le but de Modric, un fan croate s’est introduit sur la pelouse pour faire la fête avec ses joueurs. D’abord on se dit qu’il y a quand même de belles failles dans la sécurité, mais ensuite on ne peut s’empêcher d’être admiratif devant le courage de ce fou furieux. Finir le match au poste, tant pis, du moment qu’on montre qu’on est aux côtés de ses joueurs. Vraiment, à leurs côtés.