« Le club n'intéressait pas la Socpresse »

©2007 20 minutes

— 

Gérard Salouze

Ancien membre de l'association FCNA.

Depuis le 6 juin 2000, date du rachat

du FC Nantes par la Socpresse, le club

va de mal en pis. Vous étiez contre

la venue de cet actionnaire. Pourquoi ?

J'ai voté contre la Socpresse. Car je m'étais intéressé au groupe bien avant l'assemblée générale du 6 juin 2000. Je savais que trois années auparavant, il était totalement à la rue financièrement. Un fonds de pension américain l'avait sauvé. J'imaginais donc qu'il pouvait acheter un club de foot, mais le faire vivre, c'était une autre paire de manche... Le FCNA ne les intéressait pas. J'ai l'intime conviction que la Socpresse voulait compenser les difficultés financières de son journal Presse-Océan avec la trésorerie du FCNA et acquérir la chaîne locale nantaise qui était dans les tuyaux à l'époque. La suite m'a malheureusement donné raison !

Pourtant, il y a eu 125 « oui » lors de l'assemblée, contre seulement 23 « non »...

Mais tout était joué d'avance. La majorité de l'assemblée était affiliée à la mairie. Jean-Marc Ayrault a dû dire qu'il fallait accepter la Socpresse, donc tout le monde l'a suivi. L'édile nantais voulait se débarrasser du FC Nantes [en 1992 et 1998, la ville a dû mettre la main à la poche]. C'était une patate chaude. La Socpresse était la seule solution pour lui. [Deux autres dossiers peu attractifs avaient été recalés]

A ce titre, Jean-Marc Ayrault s'est demandé vendredi dernier « pourquoi

la Socpresse avait acquis le FCNA »...

J'en ai été très surpris. En filigrane, il dit qu'il s'est planté ! C'est dommage pour le FCNA qu'il ne se soit pas posé la question avant...