Coupe Davis: A un mois de la finale, Roger Federer rajeunit à vue d’oeil

TENNIS Le Suisse a battu (difficilement) Gilles Simon dimanche en finale du Masters 1.000 de Shanghai (7-6, 7-6)…

A.M. avec AFP

— 

Le Suisse Roger Federer lors de son discours d'après match après avoir battu Gilles Simon à Shanghai, le 12 octobre 2014.
Le Suisse Roger Federer lors de son discours d'après match après avoir battu Gilles Simon à Shanghai, le 12 octobre 2014. — GOH CHAI HIN / AFP

Il n’a eu besoin que d’une seule balle de match, et c’est son immense cri de joie qui a surtout étonné. Pour la 81e victoire de sa carrière, on n’imaginait pas que Roger Federer puisse ressentir quelque chose d’aussi fort. Et pourtant, vaincre Gilles Simon en finale du Masters 1000 de Shanghai (7-6, 7-6) l’a visiblement remplit d’une joie rare. «C'est un prestige incroyable de gagner ce tournoi. Surtout, mettre la main pour la première fois sur ce trophée, c'est un sentiment agréable. Je suis très heureux de la manière dont je joue», raconte le Suisse.

Et pour cause: à 33 ans, le meilleur tennisman de tous les temps semble rajeunir. Il a remporté en Chine sa 61e victoire de la saison (contre 45 l’an passé).  Il revient aussi à moins de 1.000 points de Novak Djokovic à la Race, classement qui déterminera les qualifiés pour le Masters. Surtout, Federer redevient souverain à un peu plus d’un mois de la finale de la Coupe Davis contre la France, fin novembre, à Lille.

«Il a juste été plus opportuniste»

Mais si Federer redevient la terreur qu’il a été, Gilles Simon n’a pas voulu jeter trop de fleurs à son bourreau. «Il a juste été plus opportuniste. C’était un match serré. J’ai eu une balle de set dans la première manche, deux dans la seconde. Ce sont quelques points décisifs, et il a toujours été bon sur ces points. Il a juste toujours bien joué au bon moment, et c’est comme ça qu’il a gagné le match», analyse le Français.

Evidemment, personne ne s’attend à ce que Federer retrouve le niveau de sa période dorée, entre 2004 et 2007. D’autant qu’il devra malgré tout prendre son âge en compte pour prioriser ses rendez-vous dans une fin de saison qui s’annonce chargée. Surtout s’il veut réussir à terminer l’année numéro 1 mondial… «Jusqu'à aujourd'hui, ce n'était pas le but puisque j'étais vraiment trop loin de Djokovic. Je vais faire le point sur les priorités une fois rentré en Suisse. Il y a encore tellement de dates sur l'agenda qu'il faudra peut-être faire des choix et voir combien il me reste d'énergie», explique Federer à 20 Minutes Suisse.