VIDEO. Caen-PSG: Le jour où Francis Llacer a inscrit le plus beau but de l’histoire du club

FOOTBALL Les Parisiens, qui se déplacent en Normandie mercredi, savent-ils ce qui s’y est passé il y a tout juste vingt ans?...

Antoine Maes

— 

Francis Llacer et son but légendaire pour le PSG, le 1er octobre 1994, à Caen.
Francis Llacer et son but légendaire pour le PSG, le 1er octobre 1994, à Caen. — Capture d'écran 20 Minutes

Dans un club où les tauliers ne se souviennent pas toujours que le PSG à un jour remporté une Coupe d’Europe, il y a peu de chance que les souvenirs remontent à la surface. Alors que les coéquipiers de Zlatan Ibrahimovic se déplacent à Caen mercredi, aucune commémoration n’est prévue. Il y aurait pourtant de quoi: il y a vingt ans quasiment jour pour jour, le 1er octobre 1994, le parisien Francis Llacer a inscrit contre les Caennais ce qui reste pour beaucoup comme le plus beau but de l’histoire du club.


PSG: Francis Llacer, son but légendaire... par 20Minutes

Avec les talonnades de Zlatan Ibrahimovic, le latéral droit a lui aussi droit à une place au panthéon des Parisiens. «Je ne me souviens pas de tous mes buts, mais celui-là, je m’en rappelle, raconte Daniel Bravo, titulaire ce soir-là. Je ne sais pas si c’est le plus beau, parce que c’est subjectif. Mais il fait partie des 10 plus beaux de l’histoire du PSG, ça, c’est sûr.» «Un but comme ça, on s’en rappelle toute la vie, surtout venant de sa part», se marre de son côté Patrick Colleter, aligné comme arrière gauche ce soir-là. Car malgré ses 323 matchs de Ligue 1, le «tâcheron» Francis Llacer a surtout donné son nom au fameux «Ballon de plomb», en tant que premier lauréat.

Ce fameux soir d’automne dans le Calvados, il n’a que 23 ans, le PSG de Weah et Rai joue en maillot «Tourtel» et Cisco s’apprête à truster le «Top But» de Télefoot pour plusieurs mois. Au point qu’on se demande si on peut vraiment qualifier Daniel Bravo de passeur décisif sur ce coup-là. «Modestement, je pense que le fait de lui avoir mis un bon ballon, dans sa course, ça lui a donné l’envie de la prendre comme elle venait. Un ballon qui ne vient pas bien, on le contrôle. Mais un ballon qu’on reprend de volée, qu’on sent bien, on le reprend comme ça.»

«Ça ressemblait bien à Francis d’avoir des moments comme ça où il se posait pas de questions»

Evidemment, si «Ibra» met la même, le monde entier crie au génie. Mais si c’est Francis Llacer, on privilégie la thèse de l’accident. Patrick Colleter: «Des frappes comme ça, t’en mets jamais, même à l’entraînement. Il a une réussite énorme, il se retrouve là par hasard.» Daniel Bravo: «Ça ressemblait bien à Francis d’avoir des moments comme ça où il se posait pas de questions, où il tentait des choses presque irréalisables, donc au final, on n’était qu’à demi étonnés.»

On comprend que Richard Dutruel -gardien de Caen lobé sur la frappe- ou même Jean-François Péron -son coéquipier du milieu de terrain qui monte un peu tard au pressing- n’aient pas souhaité revenir sur cet épisode douloureux, malgré nos appels. Quant à «Cisco» lui-même, englué dans de sombres histoires immobilières dans le Nord, impossible de le contacter. «Je l’aimais bien Francis, même si je n’ai plus du tout de nouvelles aujourd’hui», regrette Colleter. Au moins, il reste YouTube.