OM : Marcelo Bielsa est l'entraîneur qui fait le moins tourner son effectif en Ligue 1, et ça fonctionne

FOOTBALL Après six journées de championnat, l'entraîneur argentin ne s'appuie que sur un nombre très restreint de joueurs dans son onze de départ. Analyse en chiffres...

Camille Belsoeur

— 

Marcelo Bielsa, l'entraineur de l'OM, dans sa position préférée, assis sur une glacière.
Marcelo Bielsa, l'entraineur de l'OM, dans sa position préférée, assis sur une glacière. — BORIS HORVAT / AFP

Entre son onze de départ à Evian et celui aligné au Vélodrome pour la réception de Rennes samedi (3-0), Marcelo Bielsa n'a opéré qu'un seul changement en titularisant Benjamin Mendy à la place de Rod Fanni. Pas un choix par défaut pour «El Loco», qui est tout simplement l'entraîneur qui effectue le moins de changements d'un match à l'autre dans son équipe type, selon Opta.


L'entraîneur argentin apprécie s'appuyer sur une équipe type, et à l'OM ce sont les recrues qui en font les frais. Parmi les cinq remplaçants les plus utilisés de Marseille, on retrouve Batshuayi, Barrada et Alessandrini, les trois recrues phares de l'été. Et le défenseur brésilien, Doria, n'a lui pas encore disputé la moindre minute de jeu.

> Vous aussi proposez vos #Bielsafacts

Si l'on étudie les statistiques à la loupe, les onze joueurs les plus utilisés de l'OM, qui étaient tout simplement ceux alignés face à Rennes, affichent un temps de jeu moyen de 81 minutes jouées par match. Pour les cinq joueurs les plus utilisés sur le banc, le temps de jeu moyen ne s'élève qu'à 14 minutes par rencontre.

Si l'on compare aux autres équipes de Ligue 1, où le temps de jeu moyen des onze joueurs les plus utilisés est de 73 minutes par match, le turn-over de Bielsa apparaît là aussi comme peu élevé.

«S'il y a des joueurs qui ressentent de la fatigue...»

Quand on l'a interrogé, samedi, sur d'éventuels changements devant le calendrier qui attend l'OM, avec trois matchs en une semaine (Rennes, Reims, Saint-Etienne), Marcelo Bielsa s'est contenté de cette réponse : «S'il y a des joueurs qui ressentent de la fatigue, je ferai des changements.»

Pour le moment, ce mode de management n'a pas encore provoqué de tensions parmi les remplaçants, qui savent que l'Argentin est un dur parmi les durs. Sa gestion du «loft» cet été, où il a exclu sans ménagement plusieurs joueurs clés de l'an passé (Cheyrou, Fanni) le prouve. Et la réussite actuelle de l'OM, qui trône en tête du classement après six journées, parle pour Bielsa.

Quand Gignac loue le travail de Batshuayi

Au sein même de l'effectif olympien, les titulaires tâchent d'ailleurs de féliciter les remplaçants en louant leur état d'esprit. «Cette année, il y a un très bon joueur (Michy Batshuayi) qui est en attaque avec moi, déclarait samedi André-Pierre Gignac, héros du début de saison de l'OM. Et il mériterait aussi d'avoir un peu plus de temps de jeu. A l'entraînement, on voit que pied droit ou pied gauche ça va au fond. Donc je me dois d'être exemplaire et performant.»

Mais pour le moment, personne ne viendra critiquer les décisions de Marcelo Bielsa.