OM: Après la mort de son fils, José Anigo a songé au suicide

FOOTBALL L’ancien entraîneur marseillais réside maintenant au Maroc…

R.B.

— 

José Anigo en décembre 2013.
José Anigo en décembre 2013. — MICHEL PISANO/SIPA

José Anigo a pensé à mettre fin à ses jours. Dans une longue interview accordée cette semaine à Paris Match, l’ancien entraîneur de Marseille explique avoir envisagé de se suicider après le meurtre de son fils Adrien en septembre 2013. «Lors d’un déplacement à Naples avec l’OM, en octobre dernier (novembre en réalité), j’ai songé à rejoindre Adrien. Nous étions sur la terrasse d’un grand hôtel et je regardais en bas en pensant que c’était le bon endroit pour partir. J’ai senti ma vie tenir à un fil. Puis, j’ai réalisé que je ne pouvais pas abandonner ma famille.»

«Tout me rappelle Adrien»

Désormais basé au Maroc, où il supervise des joueurs pour l'OM, José Anigo explique son départ de Marseille par la volonté de tourner une page douloureuse de son existence. «Je reviendrai pour y être enterré à côté de mon fils, car j’aime passionnément ma ville. Mais aujourd’hui, je ne peux vivre avec elle. Tout me rappelle Adrien, décrit-il. Alors, je pars, libéré et serein. J’en ai besoin. Dans cette maison devenue un mausolée, je suis hanté par le visage mort de mon fils, que j’ai veillé trois jours et trois nuits.»

Né à Marseille, José Anigo a été joueur, directeur sportif et entraîneur de l’OM. Il a laissé sa place de technicien à l’Argentin Marcelo Bielsa.