Mondial 2014: La «Goal line technology», un pas de plus vers la vidéo?

FOOT Ce nouveau système sera utilisé officiellement pour la première fois lors de la Coupe du monde…

A Rio, Corentin Chauvel
— 
Démonstration de la Goal line technology utilisée pour la première fois par la Fifa lors de la Coupe du monde 2014. A Rio, le 9 juin 2014.
Démonstration de la Goal line technology utilisée pour la première fois par la Fifa lors de la Coupe du monde 2014. A Rio, le 9 juin 2014. — YASUYOSHI CHIBA / AFP


De notre correspondant à Rio de Janeiro
27 juin 2010. Huitième de finale de la Coupe du monde en Afrique du Sud, l’Allemagne corrige l’Angleterre à Bloemfontein sur le score de 4 à 1. Sauf qu’à la 38e minute de jeu, Frank Lampard avait égalisé à 2-2 pour les Anglais, mais le but avait été refusé par l’arbitre uruguayen, Jorge Larrionda, alors que le ballon avait largement franchi la ligne après avoir tapé la transversale de Manuel Neuer.
Ce cruel fait de match ne sera plus possible grâce à la «Goal line technology» (GLT), d’origine allemande, introduite pour la première fois cette année par la Fifa. Comment ça marche? Quatorze caméras, scrutant sous différents angles chaque but – sept caméras pour chacun -, des antennes magnétiques autour du but, une puce dans le ballon et une montre spéciale au poignet de l’arbitre qui vibre et affiche «Goal» («But») en moins d’une seconde quand la sphère passe la ligne de but.

Avec la GLT, un résultat sûr à 100 %

«L’arbitre n’a jamais le meilleur angle, les télévisions non plus», a justifié lundi en conférence de presse Johannes Holzmüller, responsable du programme qualité de la Fifa, montrant une vidéo du match Slovaquie-Italie du Mondial sud-africain avec cette fois une situation bien plus litigieuse: un défenseur slovaque semble sauver le ballon sur sa ligne, mais aucun angle ne permet de déterminer si le ballon a passé la ligne ou non. Il n’a pas été jusqu’à remonter à la finale de la Coupe du monde 1966 et le fameux but controversé de Geoffrey Hurst.
«Avec l’œil humain, c’est impossible d’être sûr à 100 %, avec la GLT si», a renchéri Johannes Holzmüller, vantant les milliers de tests déjà exercés ces deux dernières années sous tous les climats possibles dont à la Coupe des Confédérations et à la Coupe du monde des clubs l’an dernier. Sous le soleil de Rio, devant la presse réunie sur la pelouse du Maracanã, l’essai est en effet fructueux et impossible à hacker de l’extérieur: la GLT fonctionne en circuit fermé.

«Il faut accepter que les arbitres fassent des erreurs»

Et qu’en pensent les premiers utilisateurs, les arbitres? «Cela va être d’une grande aide parce qu’on avait vu en Afrique du Sud que les yeux de l’arbitre n’ont pas suffi», a estimé vendredi l’ancien arbitre international italien, Massimo Busacca, aujourd’hui responsable de l’arbitrage à la Fifa. «Les arbitres ont des limites, comme tout le monde, et cette Goal line technology va les aider de manière immédiate», a-t-il ajouté.
Cependant, le pas de plus vers l’extension de la vidéo aux autres situations de jeu comme le hors-jeu est encore loin d’être acquis. «L’arbitre doit encore être concentré et montrer sa personnalité dans les situations de jeu», a précisé Massimo Busacca qui n’entend pas aller au-delà de la GLT. «Même s’il faut être ouvert à tout, je ne suis pas très convaincu. On accepte que de grands joueurs touchent des millions et fassent des erreurs, alors il faut accepter aussi que les arbitres fassent des erreurs. Cela ne fait pas seulement partie du match, mais de la vie humaine», a conclu le patron des arbitres du Mondial.
 

Le «vanishing spray», l’autre nouveauté du Mondial 2014

Si la Goal line technology est LA nouveauté de cette Coupe du monde brésilienne, un autre outil va faire son apparition pour la première fois durant la compétition : le «vanishing spray» («spray disparaissant»). Cette sorte de mousse à raser permet aux arbitres, lors des phases de coups-francs, de marquer directement sur la pelouse l’endroit où est posé le ballon ainsi que celui du mur adverse, les joueurs des deux équipes ayant constamment pour réflexe les uns d’avancer le ballon et les autres leur mur. Ce spray était déjà utilisé dans plusieurs championnats dont le brésilien.