Toulon prolonge son rêve européen et veut offrir le doublé à «sa légende» Jonny Wilkinson

RUGBY Les Varois ont remporté leur deuxième finale de H Cup d’affilée samedi sur la pelouse du Millennium Stadium à Cardiff en écrasant les Saracens (23-6). Une performance énorme…

Camille Belsoeur
— 
Les Toulonnais lèvent le trophée de la H Cup samedi soir à Cardiff après leur victoire face aux Saracens.
Les Toulonnais lèvent le trophée de la H Cup samedi soir à Cardiff après leur victoire face aux Saracens. — SIPA

De notre envoyé spécial à Cardiff (Pays de Galles)

Si Toulon, qui jouait samedi soir à Cardiff face aux Saracens sa 5e finale consécutive  - Coupe d’Europe et Top 14 confondu -, écrit l’histoire année après année avec cette fabuleuse série en attendant la 6e dans une semaine en finale du Top 14 face à Castres, les Varois sont déjà entrés dans le livre d’histoire européenne avec cette seconde victoire d’affilée en H Cup en écrasant les Saracens au Millennium Stadium samedi soir (23-6). Avec ce doublé continental, le club de Mourad Boudjellal intègre le cercle très fermé des tenants du titre qui remettent le couvert. Dans le passé, seuls les Irlandais du Leinster et les Anglais du Leicester l’avaient déjà fait.

"C'était un match très dur"

Le crachin gallois tombé sans relâche sur la capitale galloise depuis deux jours n’aura donc pas douché les immenses ambitions toulonnaises. Dans la manière dont ils construit ce succès face aux Anglais des Saracens, physiquement avec une hargne et une défense monstrueuse mais aussi dans le jeu avec deux essais magnifiques de Giteau et Juan Smith, les hommes de Bernard Laporte ont montré à l’Europe du rugby que ce Toulon est encore une dimension au-dessus de celui de l’an dernier.

«C'est énorme ce qu'on fait depuis trois ans, c'est incroyable, il n'y a pas beaucoup de mots pour parler, il faut juste regarder autour, s'exclamait le Toulonnais Mathieu Bastareaud après le coup de sifflet final. C'était un match très dur mais voilà, on a réussi à l'emporter face à une grosse équipe. On se devait de répondre présent, en tant que tenants du titre.»

Sir Jonny encore royal

Avec cette démonstration, l’incroyable doublé Top 14-H Cup s’est dessiné avec encore un peu plus d’épaisseur sur la pelouse du Millennium Stadium. Sur le chemin de de la finale, les Saracens des frères Vunipola était l’équipe qui tournait au plus grand nombre d’essais par match (4,8 en moyenne), comme un Anglais tourne à la pinte le samedi soir. Mais les troupes de Mark McCall, l’entraîneur britannique, sont reparties de Cardiff avec la gorge sèche. Excepté en début de rencontre où pendant 20 minutes les Saracens acculaient les Varois dans leur camp, les Anglais n'ont jamais fait le poids. En ratant deux pénalités et un drop en première période, l’ouvreur anglais Owen Farrell n’a pas su se mettre à la hauteur de Jonny Wilkinson, encore royal avec 13 points et un 100% au pied. 

«Pour moi la saison n'est pas finie, confiait Wilkinson au coup de sifflet final. On est jugé sur le dernier match qu'on joue, je veux que mon dernier soit un bon match.» Et son président Mourad Boudjellal veut aussi lui offrir un final en apothésose. «On a un joueur de légence (Wilkinson) et ça serait inacceptable qu'il finisse sa carrière sur la pelouse et non dans les tribunes avec la coupe après la finale face à Castres.»