Finale de H Cup Toulon-Saracens: Mathieu Bastareaud, le tube du printemps

2 contributions
Publié le 22 mai 2014.

RUGBY - Le centre toulonnais a passé un cap depuis plusieurs mois à Toulon pour s’élever à un niveau enfin à la hauteur de son immense potentiel...

Il y a quelques mois à la fin d’une séance musclée au complexe d’entraînement de Berg du RC Toulon, le manager varois Bernard Laporte s’était arrêté pour discuter du niveau des joueurs français, en plein Tournoi des Six Nations. «Aujourd’hui il n’y a qu’un joueur qui a le niveau mondial en France, c’est Wesley Fofana», confiait à l'époque l'ancien sélectionneur des Bleus. 

À la vue des prestations du centre toulonnais Mathieu Bastareaud depuis le début de l’année, le coach varois a-t-il changé d’avis? Impossible de le savoir puisque Bernard Laporte ne s’exprimait plus devant les médias depuis le début de sa suspension – levée la semaine dernière par la Ligue nationale de rugby pour les finales de H Cup et Top 14. Mais son adjoint Pierre Mignoni, en première ligne en cette fin de saison, répond à sa place. «Matthieu a montré de belles choses dernièrement et notamment pendant le Tournoi. Je pense qu’il a franchi un  cap. À force de jouer en Equipe de France, il est devenu un joueur important sur lequel on peut s’appuyer dans plusieurs registres et c’est ça qui est intérressant ».

Comparé au néo-zélandais Ma’a Nonu

Un avis partagé par Olivier Azam, entraîneur des avants de Toulon jusqu’à la saison dernière et aujourd’hui coach à Lyon. «Bastareaud a vraiment basculé dans une autre dimension depuis son retour en Equipe de France. Dans sa tête il y a eu un déclic.» Mais Bastarocket – son surnom – n’a pas seulement franchi une marche avec les Bleus. Avec le maillot toulonnais, comme en demi-finale de H Cup face au Munster (24-16) où il a concassé la défense irlandaise avec sa puissance physique (10 plaquages, 7 ballons portés, 26 mètres de terrain gagné et élu homme du match), l’ancien joueur du Stade Français réalise un printemps monstrueux.

Encore perfectible dans son jeu au pied

«Des centres avec son gabarit et sa qualité de pénétration, je n’en vois que très peu au monde. Il me fait d’ailleurs penser au centre des All Blacks avec des dreadlocks. Vous voyez à qui je pense? », questionne espiègle Olivier Azam. Oui on voit, rien de moins que Ma’a Nonu, la légende néo-zélandaise (81 sélections, 135 points), référence au poste de centre.

Mais à 25 ans, Mathieu Bastareaud est encore perfectible. «Il a beaucoup posé sur ses appuis qui était un peu son point faible avant, constate Olivier Azam. Mais Mathieu a encore des progrès à faire dans son jeu au pied, qui n’est pas très naturel chez lui. Mais je sais qu’il le travaille.» Pour ça, Bastareaud a un partenaire d’entraînement idéal: Jonny Wilkinson. Mais il ne pourra pas en profiter encore très longtemps.

Camille Belsoeur, à Toulon
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr