Ligue des champions: «Le PSG est une équipe que l’on craint», affirme Christophe Lollichon, entraîneur des gardiens de Chelsea

INTERVIEW L’entraineur des gardiens de Chelsea estime que la domination du PSG en Ligue 1 permet à Laurent Blanc de mieux gérer les matchs…

Propos recueillis par Soufiane Naaïmi

— 

Gary Cahill après son but contre Galatasaray, le 18 mars 2014, à Stamford Bridge
Gary Cahill après son but contre Galatasaray, le 18 mars 2014, à Stamford Bridge — Ben Queenborough

Dans un peu plus de dix jours, Petr Cech devra tout faire pour empêcher Zlatan Ibrahimovic et Edinson Cavani de marquer. Son entraîneur Christophe Lollichon «prend ce match contre Paris très au sérieux» et livre son analyse sur l’annonce des tirages au sort de la Ligue des champions.

Paris était-elle une équipe à éviter?

Le problème c’est que pour accéder à la finale nous serons obligés d’affronter une grosse équipe. A ce niveau-là, quel que soit le tirage, il n’y a que des équipes extrêmement solides, toutes habituées à évoluer à ce niveau-là. La preuve en est, chaque club présent a terminé premier de son groupe de poule. Même si pour Paris ce n’est que la deuxième fois qu’ils atteignent les quarts de finale ces dernières années, ils ont un effectif pour bien figurer dans cette compétition. On connaît bien la Ligue des champions pour savoir que cela devient difficile dès la sortie des poules.

Que pensez-vous du parcours du PSG en Ligue des champions?

Paris est une équipe que l’on craint, au même titre que le Bayern. On ne se déplace pas sereinement au Parc des Princes. Aujourd’hui c’est un très gros challenge, face à un PSG qui se comporte très bien et dont le parcours en Ligue des champions est exemplaire. On prend ce match très au sérieux, à partir des quarts il n’y a que des gros morceaux.

Paris domine son championnat avec une confortable avance de huit points. Chelsea est aussi premier mais peut voir revenir ses assaillants, quelles répercussions cela peut-il engendrer en Ligue des champions?

Ce n’est pas notre cas, avec Manchester City, Arsenal et Liverpool, nous n’avons pas droit à l’erreur on peut se faire dépasser à tout moment. La tension sera forte jusqu’à la dernière journée de championnat. Il est impossible pour nous de calculer et de mettre plus de force dans une compétition ou dans une autre. On doit toujours être au maximum. Aujourd’hui Paris dispose d’un matelas de points suffisant pour faire davantage tourner ses joueurs, notamment le week-end nous opposant. Cette avance va permettre à Laurent Blanc de mieux gérer les matchs à venir. Un autre point à prendre en considération, toutes les fédérations européennes, exceptée la fédération anglaise, protègent leurs clubs en Ligue des Champions. C’est-à-dire que nous ne pouvons pas faire pression pour avancer ou repousser des matchs afin d’avoir une plage de repos plus importante.