Le tribunal administratif de Nantes rejette la demande d’annulation de l’arrêté «anti-supporters du PSG»

Antoine Maes

— 

Les tribunes du Parc des Princes lors d'un match du PSG contre Sochaux, en septembre 2012.
Les tribunes du Parc des Princes lors d'un match du PSG contre Sochaux, en septembre 2012. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

«L’arrêté ne révèle pas d’atteinte grave à la sauvegarde d’une liberté fondamentale». Comme attendu, l’arrêté préfectoral limitant l’accès au stade de la Beaujoire aux anciens supporters du PSG cartés dans une association dissoute sera bien en vigueur dimanche. Un recours en annulation avait été déposé mercredi au tribunal adminstratif de Nantes.

La Préfecture explique d’ailleurs ne pas exclure avoir de nouveau recours à ce genre de décision sur d’autres matchs que ceux du PSG cette saison. «Tout est une question d’appréciation, explique Jérôme Le Compte, le directeur adjoint du cabinet du Préfet. Nous faisons une analyse objective avec les clubs et les forces de l’ordre». 

La Préfecture avait également motivé cet arrêté par la présence «pas suffisante» de forces de l’ordre pour le jour du match. «Au moment où nous faisons l’arrêté, à J-10, nous ne pouvons pas déterminer le volume exact des personnes voulant perturber le match.»  Le requérant peut désormais s’il le souhaite porter l’affaire en cassation. Ce type d’arrêté préfectoral est régulièrement mis en œuvre depuis trois ans par les préfectures confrontées à la réception d’une rencontre du PSG.