Coupe de France: Les Girondins sacrés après vingt-six ans d'attente

Marc Nouhaux, au Stade de France.

— 

Bordeaux finit sa saison sur une bonne note, le 31 mai 2013 à Saint-Denis.
Bordeaux finit sa saison sur une bonne note, le 31 mai 2013 à Saint-Denis. — T.Samson/AFP

Evian peut nourrir des regrets. Timorés d’entrée de jeu et presque tout au long de la rencontre, les Haut-savoyards n’ont pas réussi à assez emballer le match et à se mettre en «mode finale». Les Girondins, sereins et appliqués, n’en demandaient pas tant. Et dès le début, ils se sont procurés des occasions, avec une tête de Diabaté repoussée par Laquait (4e) et un duel manqué par le Malien, lancé seul devant Laquait (5e).

Après avoir contenu les assauts girondins pendant un quart d’heure, Evian a réussi à maîtriser davantage le ballon, posant son jeu, mais manquant toujours de folie pour venir inquiéter Cédric Carrasso. Et avant la mi-temps, sur un nouveau bon ballon de Mariano, Diabaté, lancé dans le dos de la défense, réussit à dribbler Laquait avant de pousser le ballon au fond des filets (39e). Et quelques minutes plus tard, sur un centre venu de la gauche de Trémoulinas, Laquait s’interpose devant une magnifique volée de Saivet.

>> Le match à revivre en live comme à la maison

Le retour des vestiaires annonce une deuxième période spectaculaire et à rebondissements. Bordeaux tient sa balle de break après une faute sur Diabaté dans la surface. Le Malien, veut se faire justice lui-même mais échoue sur un grand Laquait, parti du bon côté (48e). Avec cet arrêt, le gardien vétéran a sans doute relancé moralement son équipe qui était en difficulté. Trois minutes plus tard, lancé dans le dos de Mariano, Wass glisse un centre en retrait pour Sagbo qui marque dans les six mètres.

Vexés par l’égalisation, les Girondins ont réagit dans la foulée en doublant la mise grâce à Saivet, tout seul au second poteau après un coup-franc tiré par Sertic (53e). Mais comme à 1-0, ils ont loupé leurs balles de break, laissant Evian dans le match. Une nouvelle fois, c’est dans le dos de Mariano que les hommes de Pascal Dupraz ont trouvé la faille, grâce à un beau travail de Barbosa qui centre en retrait pour Dja Djédjé qui conclut dans les six mètres (70e).

Diabaté endosse le costume du sauveur

Bordeaux accuse alors le coup mais ne plie pas; lorsqu’Evian, mis en confiance par ses deux égalisations, essaie de porter le danger sur le but de Carrasso. On pense alors se diriger vers les prolongations, tant les deux équipes éprouvent des difficultés pour se procurer des occasions. Mais Bordeaux peut remercier son sauveur, Diabaté, qui inscrit son dixième but en neuf matchs après un magnifique service de Maurice-Belay (89e).

Vingt-six ans après son dernier sacre en Coupe de France, Bordeaux peut savourer et retrouvera l’Europe la saison prochaine. Evian, dont l’armoire à trophées est toujours vide, devra encore patienter. Mais le peuple Savoyard a réservé un bel hommage à ses joueurs malgré la défaite. Ce vendredi soir, Bordeaux était tout simplement un ton au dessus d’Evian-Thonon-Gaillard.