Barcelone-PSG: Le Barça peut-il jouer sans Messi?

Julien Laloye

— 

Le Barcelonais Lionel Messi inscrit le 1er but de son équipe contre le PSG, le 2 avril 2013, au Parc des Princes.
Le Barcelonais Lionel Messi inscrit le 1er but de son équipe contre le PSG, le 2 avril 2013, au Parc des Princes. — F.FIFE/AFP

De notre envoyé spécial à Barcelone (Espagne)

Depuis la fin du match aller au Parc des Princes, l’état de la cuisse de Lionel Messi est devenu le secret le mieux gardé de Catalogne derrière la date de fin de chantier de la Sagrada Familia. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Mardi, la télé du club a montré un Argentin tout sourire en train de participer à un petit toro lors de l’entraînement de l’après-midi, avant de couper opportunément la retransmission au moment où les choses sérieuses devaient commencer. Véritablement enseveli de questions sur le sujet, Jordi Roura, toujours préposé aux conférences d’avant-match match malgré le retour de Vilanova, a fait de son mieux pour brouiller les pistes.

50% de chances de rechuter

«Comment vont les blessés (Adriano, Pedro, Messi, ndlr)? Leurs sensations sont bonnes. Est-ce qu’ils vont jouer? Il reste encore deux entraînements pour se décider. Il faudra aussi voir le bilan médical avant de prendre une décision.» Le dernier en date donne 50% de chances au Ballon d’Or de rechuter s’il joue mercredi, selon le journal Sport. Est-ce que cela vaut le coup de prendre le risque sachant que le Barça sera qualifié au coup d’envoi et qu’il n’a plus été éliminé depuis dix ans en Coupe d’Europe dans cette configuration? Andrès Iniesta se dit persuadé qu’avec ou sans Messi, cela ne change rien : «Moi je joue de la même façon, qu’il soit là ou pas. Si chacun se comporte comme un leader à notre poste, il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Même s’il faudra peut-être que chacun en mette un peu plus en attaque».

Beaucoup plus, même, si l’on se fie aux statistiques. Les chiffres mentent rarement, et Messi a pris l’habitude de marquer une bonne moitié des buts du Barça. 43 sur 95 en Liga et 8 sur 15 en Ligue des champions cette saison. Ce qui fait dire à l’ancien coach parisien Vahid Halilhodzic que son absence peut vraiment modifier le rapport de force: «Messi, c’est le joueur qui fait le Barça, celui qui marque ou fait marquer. Quand il n’est pas là, il y a moins d’appels en profondeur, beaucoup de passes latérales, le Barça devient ennuyeux à regarder.» Ennuyeux peut-être, ennuyé sûrement. Pour retrouver la trace d’un Messi sur le flanc avant un match de cette importance, il faut remonter à un match face au Cletic Glasgow...en 2008, à une époque où Ronaldinho, Eto’o et Henry étaient encore là.

51 buts sur les 110 du Barça

Cinq ans plus tard, le Barça a baissé de gamme en attaque. Villa n’en finit plus de retrouver son niveau d’avant-blessure, Alexis Sanchez vendange tout ce qu’il peut, et Fabregas, qui débutera si l’Argentin n’est pas suffisamment remis, et tout sauf un buteur. Même Iniesta finit par lâcher le morceau: «Est-ce qu’il y a une Messi-dépendance au Barça? Oui, il y a une Messi-dépendance dans le sens où c’est un joueur fondamental qui nous permet de terminer les actions.» Tellement fondamental, que même sur une jambe, il sera de toute façon sur le banc pour pouvoir entrer en fin de match si la patrie est en danger. Paradoxalement, ce serait une bonne nouvelle pour le PSG.