PSG-Barça: Crise du marché noir aux alentours du Parc des Princes

FOOTBALL Malgré l'affiche, difficile d'écouler (illégalement) les places pour le choc...

Antoine Maes et Bertrand Volpilhac, au Parc des Princes
— 
Le marché noir s'organise autour du Parc des Princes, le 2 avril, avant le match PSG-Barça.
Le marché noir s'organise autour du Parc des Princes, le 2 avril, avant le match PSG-Barça. — V.WARTNER / 20 MINUTES

Le PSG avait annoncé avoir reçu un million de demandes de billets. Il faut croire que l’appétit pour le quart de finaler aller contre Barcelone ne s’est pas répercuté sur le marché noir. A deux heures de la rencontre, la majorité des vendeurs lâchent unanimement un immense «C’est dur…»

A la sortie de la station de métro Porte de Saint-Cloud, sous les yeux de la police, ils sont une petite dizaine à tenter de vendre leurs billets. «Il est 18h45, j’en ai vendu trois pour 1.700 euros. Ça peut paraître beaucoup, mais il m’en reste encore une dizaine à écouler, je vais peut-être rester avec des places sur les bras», se lamente Eric (le prénom a été modifié). Il assure avoir déjà amassé près de 20.000 euros sur des événements de la même importance

«Beaucoup de gens ont acheté des places pour le match uniquement pour les vendre»

Mais pour ce PSG-Barça, il en est réduit à espérer que «les billets partent tous dans les dernières minutes. Ça arrive parfois», poursuit-il. A quelques mètres de lui, la rengaine est la même. «En fait, il y a beaucoup de gens qui ont acheté des places pour le match, mais uniquement pour les vendre. Du coup, il y a plus de concurrence, enchaîne David.

Visiblement, le marché des billets au noir a subi un «krach» ces deux derniers jours. «J’ai l’impression que le moment idéal pour tout écouler c’était la semaine dernière, là il y avait de la demande», explique Eric. Mais cette dernière, à quelques heures du match, a été finalement dépassée par l’offre. Et même de manière légale: sur Viagogo, la plateforme officielle de vente sur le site du PSG, il était encore possible de s’offrir un sésame en début d’après-midi pour 175 euros.