Tour de France: Une édition 2013 taillée pour le retour d'Alberto Contador

CYCLISME Après un an d'absence, l'Espagnol sera le grand favori en juillet prochain...

Antoine Maes

— 

Alberto Contador, entre Andy Schleck et Bradley Wiggins, le 24 octobre 2012, à Paris, lors de la présentation du Tour de France 2012.
Alberto Contador, entre Andy Schleck et Bradley Wiggins, le 24 octobre 2012, à Paris, lors de la présentation du Tour de France 2012. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

«Splendide», «grandiose», «alléchant»… Les adjectifs n’ont manqué à personne, mercredi, pour décrire le tracé du Tour de France 2013. Le nom du favori annoncé n’est pas beaucoup plus original: Alberto Contador. Pour la majorité du peloton, la Grande boucle semble presque avoir été dessinée pour s’offrir à l’Espagnol, suspendu l’an passé lors de la victoire de Wiggins et des Sky. Et qui rêve de regarnir son palmarès après avoir perdu le Tour 2010 à cause d’une vilain steak contaminé (et d’un contrôle anormal au clenbutérol).

Virenque:«Il y a des favoris, lui est le super-favori» 

Assis entre le tenant du titre et Andy Schleck, Contador a longuement sourit pendant que Christian Prudhomme égrenait les étapes. Il y avait de quoi. «Il y a des favoris, lui est le super-favori. Il va vouloir marquer ce tour. La montagne, la difficulté, le stress d’entrée de jeu en Corse, les contre-la-montre  qui seront assez difficiles... Il y a tout», assure Richard Virenque. Tout, et pas grand-monde en face pour le moment, entre la forme incertaine des Schleck ou Wiggins qui devient équipier de Froome à la Sky. Au moins, le spectacle sera de retour avec le retour du «Pistolero». «Le retour de Contador est bon pour le sport et pour le spectacle. C'est ce qui a dramatiquement manqué sur le Tour précédent», assure le Belge Jurgen Vandenbroecke.

Contador: «Les étapes sont aussi plus longues. C'est un peu à mon avantage» 

Courtisé comme il se doit par les chasseurs d’autographes et les journalistes, l’Espagnol a pris quelques secondes entre ses deux avions du jour pour parler de ce Tour que tout le monde veut le voir gagner d’avance. «Le parcours est très diversifié. Quelle est l'étape que je trouve la plus difficile? Difficile à dire. En fait, toutes les étapes de montagne sont dures mais il s'agira aussi d'être attentif lors de la première semaine. Avec le vent, les bordures pourraient provoquer des cassures. Les étapes sont aussi plus longues. C'est un peu à mon avantage», promet Contador. Et en ce qui le concerne, plus c’est dur, plus on le voit avec le maillot jaune sur les Champs-Elysées.