Affaire des paris truqués: Statu quo pour le parquet

HANDBALL L'affaire des paris du MAHB devant la Cour d'appel...

Jérôme Diesnis

— 

Nikola et Luka Karabatic lors du match PSG - Montpellier, le 30 septembre 2012.
Nikola et Luka Karabatic lors du match PSG - Montpellier, le 30 septembre 2012. — FRANCK FIFE / AFP

Le parquet de Montpellier a demandé le maintien du contrôle judiciaire de Nikola Karabatic et des quatre autres handballeurs de Montpellier impliqués dans l'affaire des paris (Issam Tej, Luka Karabatic, Dragan Gajic et Primoz Prost). Des réquisitions opposées à celles des joueurs et de leurs conseils, qui en avaient demandé la levée. La décision pourrait ne pas être prononcée avant une quinzaine de jours. «J'en ai un peu marre de cette connerie à vouloir prouver d'un match qu'il est truqué alors qu'il ne l'est pas. C'est incroyable. On m'empêche de jouer, un vrai cauchemar. Mon nom est sali. On nous accuse d'avoir truqué un match que nous n'avons pas joué, moi et mon petit frère», a évoqué Nikola Karabatic.

«Couper les branches»

Seule lumière, la demande du parquet à autoriser le club à convoquer les joueurs. Si la requête était acceptée, il n'est pas sûr que ce soit le cas: l'avocate du club Michèle Tisseyre a évoqué la suspension des joueurs à l'audience. Elle a déjà laissé entendre la possibilité d'un divorce face aux soupçons de paris. «Je ne comprends pas. Au début, les dirigeants nous soutenaient et respectaient la présomption d'innocence, la suite tendrait presque à vouloir couper les branches», s'étonne Nikola Karabatic.

A Moscou jeudi

Dernier de sa poule en Ligue des champions, Montpellier joue une partie de sa qualification pour les huitièmes de finale à Moscou, jeudi à 18h30.