Des chercheurs ont créé une batterie électrique biodégradable avec des carapaces de crabes

ECOLO La batterie conserve une efficacité à 99,37 % après mille cycles de recharge

20 Minutes avec agence
L'exosquelette des crabes contient de la chitine, un composant capable de servir d'électrolyte. (illustration)
L'exosquelette des crabes contient de la chitine, un composant capable de servir d'électrolyte. (illustration) — Noboru Hosono/AP/SIPA

Créer des batteries électriques eco-friendly : c’est le défi que se sont fixé des chercheurs de l’université du Maryland ( Etats-Unis). Ils ont réussi à fabriquer une batterie beaucoup plus facilement biodégradable que celle en lithium-ion.

Pour cela, les scientifiques ont utilisé… des carapaces de crabes et de homards, rapporte le Guardian relayé par Le Point. Ils ont en effet réussi à créer un électrolyte (substance capable de faire circuler l’électricité) grâce à la chitine, qu’on trouve dans les parois des champignons ou les exosquelettes des crustacés.

Biodégradable et endurante

Cette dernière source de chitine peut être abondante si on pioche dans les déchets des fruits de mer. Quelque six à huit millions de tonnes de déchets marins sont produits chaque année, selon une étude de 2015 relayée par Cnet. La batterie créée avec de la chitine s’est, en outre, en grande partie dégradée en seulement cinq mois.

Ne restait après ce délai qu’un résidu de zinc, un métal qu’il est déjà possible de recycler facilement. Sur le plan de la performance, la batterie a donné entière satisfaction : elle a conservé son efficacité à 99,37 % après un millier de cycles de recharge, soit bien plus que de nombreuses batteries existantes (et polluantes).

Les chercheurs ont également remarqué que les composants utilisés avaient rendu la batterie non inflammable – un progrès considérable au vu du nombre d’accidents en cas de surchauffe. « A l’avenir, j’espère que tous les composants des batteries seront biodégradables », a déclaré, optimiste, un des chercheurs à l’origine de la découverte.