CES 2022 : La start-up toulousaine EyeLights intègre la réalité augmentée dans votre pare-brise

CONDUITE TECHNO Après une édition 2021 en virtuel, le Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas retrouve sa forme originelle de mercredi à samedi, avec ses allées, ses stands et ses innovations. La start-up EyeLights y retourne pour représenter l’Occitanie avec son pare-brise transformé en écran virtuel

Hélène Ménal
— 
Ce que l'on voit au volant d'une voiture équipée de cette nouvelle technologie.
Ce que l'on voit au volant d'une voiture équipée de cette nouvelle technologie. — EyeLights
  • En 2021, à cause du coronavirus, le CES de Las Vegas avait été uniquement en virtuel. Ce mercredi, il s’ouvre en présentiel et parmi les start-up participantes, il y a EyeLights.
  • Après avoir réussi à projeter les écrans des GPS dans le casque des motards, cette entreprise toulousaine transpose sa technologie sur les pare-brise des voitures de série.
  • L’idée est de gagner en sécurité et d’arrêter de regarder son smartphone au détriment de la route.

Qui n’a pas pilé, voire tamponné, pour la bonne raison qu’il regardait les indications de son téléphone plutôt que de garder les yeux sur la route ? « Le smartphone est devenu l’ennemi n° 1 de la mobilité, il est impliqué dans de nombreux accidents », assure Romain Duflot, le fondateur de la start-up EyeLights. Le Toulousain est plutôt pointu sur la sécurité. Pas mal de motards doivent déjà à son équipe de rouler la tête haute grâce à la technologie EyeRide. Elle leur permet de projeter les données de leur GPS directement dans leur casque, à hauteur de pupille. Depuis Noël 2020, les commandes sont « régulières » et la première invention de la start-up est même devenue « rentable ».

Voilà pourquoi, EyeLights passe aux modèles à quatre roues et dévoile à l’occasion de ce CESson pare-brise de voiture « tranformé en écran virtuel » grâce à la réalité augmenté. « Le conducteur voit s’afficher directement les données à 50 mètres devant lui avec une qualité d’affichage jamais égalée comme sur un écran de 14 mètres de diagonale », détaille Romain Duflot.

Déjà industrialisé pour les voitures de série

Alors bien sûr, comme le but est que le conducteur « reste concentré sur la route », il ne s’agit pas de le saturer de données en tapissant son pare-brise. Les informations sont projetées « avec parcimonie ». Idéalement, la vitesse, la voie à suivre ou la bifurcation à anticiper. Mais, maintenant que la plupart des voitures sont bardées de caméras, le système peut aussi ponctuellement afficher des alertes. « Une distance de sécurité non respectée, un piéton qui surgit », par exemple.

Les Toulousains ne débarquent pas à Las Vegas avec un concept, une idée en cours de développement dans un laboratoire. Ils arrivent en Mercedes (classe B) déjà équipée du fameux pare-brise, avec pas mal de kilomètres de rodage au compteur. Et surtout en tandem. La technologie a été développée avec AGC, le géant mondial du pare-brise et son processus d’industrialisation sur des voitures de série existe déjà. L’équipe doit annoncer ce mercredi un premier partenariat avec le constructeur français Renault puis la Mercedes partira en tournée américaine après le CES pour se garer, et convaincre, devant General Motors ou d’autres marques phares.

Et si jamais votre prochaine acquisition motorisée est équipée de réalité augmentée, sachez que ça fonctionne y compris quand on porte des lunettes de soleil. Les esthètes retiendront aussi que sans écran encastré, le tableau de bord retrouve une certaine élégance.