Twitter aurait songé à acquérir Clubhouse pour 4 milliards de dollars

TRANSACTION Les raisons pour lesquelles les négociations n’ont rien donné n’ont pas été communiquées

20 Minutes avec agence
Le nouveau réseau social Clubhouse.
Le nouveau réseau social Clubhouse. — SOPA Images

Twitter aurait un temps envisagé d’acquérir Clubhouse pour 4 milliards de dollars (environ 3,36 milliards d’euros). Les discussions entre les responsables du réseau social et ceux de l’application d’échanges audio ont débuté « ces derniers mois » avant de prendre brusquement fin, rapporte Bloomberg. Les raisons pour lesquelles les négociations ont échoué n’ont pas été communiquées. « Nous ne commentons ni les rumeurs, ni les spéculations », a fait savoir Twitter à Business Insider à ce sujet.

Clubhouse a le vent en poupe et compte de prestigieux utilisateurs comme Paris Hilton ou Oprah Winfrey. La plateforme accessible sur invitation uniquement avait été téléchargée 11,4 millions de fois au 1er mars 2021. Un mois plus tôt, le chiffre s’élevait à 3,5 millions seulement.

Un succès impressionnant

L’engouement des financiers est également au rendez-vous. Le 24 janvier dernier, Clubhouse avait levé des fonds pour un total de 110 millions de dollars, soit un peu plus de 92 millions d’euros. Sa valeur totale était alors estimée à près d’1,4 milliard de dollars (environ 1,2 milliard d’euros). L’entreprise serait en pourparlers pour une levée de fonds supplémentaire susceptible de faire grimper sa valeur à 4 milliards de dollars. Il s’agit justement du montant qu’aurait rapporté la vente de la plateforme à Twitter si elle avait eu lieu.

Le succès de Clubhouse est d’autant plus impressionnant que l’application uniquement disponible sous iOS n’a été créée qu’il y a à peine un an. Les géants du numérique n’ont pas tardé à remarquer la popularité de la plateforme. Bon nombre d’entre eux ont d’ailleurs voulu eux aussi développer leur propre fonctionnalité permettant la diffusion de contenu audio. Twitter a par exemple lancé la version bêta de Spaces fin 2020. Facebook, Microsoft, LinkedIn et Slack sont eux aussi en train de travailler à des outils similaires.