Instagram veut mieux protéger les mineurs des prédateurs

WEB Le réseau social va notamment restreindre l'envoi de messages privés entre les adultes et les mineurs qui ne se suivent pas et utiliser l'IA pour mieux deviner l'age des utilisateurs

P.B. avec AFP
— 
Instagram pourra afficher un avertissement en cas de message suspect reçu par un mineur.
Instagram pourra afficher un avertissement en cas de message suspect reçu par un mineur. — Instagram

Régulièrement pointé du doigt avec YouTube pour ne pas en faire assez pour protéger les plus jeunes, Instagram a reçu le message. Le réseau social a annoncé une série de mesures, mardi, qui visent à limiter les interactions entre les adultes et les mineurs qui ne se connaissent pas. Et Instagram va avoir recours à l’intelligence artificielle pour mieux deviner l’âge des utilisateurs, alors que de nombreux collégiens mentent pour s’inscrire alors qu’ils n’ont pas 13 ans – l’âge minimum requis.

Instagram va surtout interdire aux adultes d’envoyer des messages privés à des mineurs qui ne les suivent pas afin de limiter les interactions non sollicitées. La messagerie pourra également détecter des comportements suspects, notamment si un adulte envoie des MP à de nombreux mineurs. La messagerie pourra afficher un avertissement de sécurité permettant aux plus jeunes de restreindre, signaler ou bloquer une personne les sollicitant.

L’IA pour deviner l’âge

L’âge minimum légal pour s’inscrire sur la plateforme de partage de photos et de vidéos est de 13 ans. « Si de nombreuses personnes sont honnêtes au sujet de leur âge, nous savons que les jeunes peuvent mentir au sujet de leur date de naissance », affirme l’entreprise dans un article de blog. « Nous voulons en faire plus pour empêcher cela. » Instagram, qui fait partie de la famille d’applications possédées par Facebook, n’a pas donné de détails sur l’outil qu’elle développe pour détecter l’âge réel des internautes, se contentant d’indiquer qu’il se baserait sur « l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique ».

La plateforme a précisé que cette dernière fonctionnalité serait disponible dans « certains pays » dès le mois de mars, sans préciser lesquels, et espère la déployer prochainement partout dans le monde.