Nice : On a testé la 5G dans la première ville test de France

TELEPHONIE Spoiler : on est souvent loin des débits « dix fois supérieurs » chez certains opérateurs

Fabien Binacchi

— 

De la 5G avec les débits de la 4G
De la 5G avec les débits de la 4G — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Le 20 novembre, SFR ouvrait le bal de la 5G en France à Nice.
  • Les vitesses annoncées ne sont pas toujours au rendez-vous, malgré un terminal et un abonnement compatibles.

Le 20 novembre, SFR ouvrait le bal de la 5G en France  à Nice. Avec la promesse, et c’est le maire Christian Estrosi (LR) himself qui l’annonçait, « d’un débit dix fois supérieur à celui de la 4G ». Depuis, dans un climat de défiance persistant d’une partie de la population sur cette nouvelle norme mobile, les autres opérateurs s’y sont mis aussi.

Mais alors, quelques mois après, ça donne quoi ? Les vitesses annoncées ne sont pas toujours au rendez-vous, malgré un terminal et un abonnement compatibles.

« Le changement de vitesse n’est pas significatif »

En fait, pour s’assurer d’une hausse significative de son débit, il faut, façon de parler, que toutes les planètes soient alignées. Tout dépend des équipements et des choix de votre fournisseur de service et de la fréquence de l’antenne à laquelle vous êtes connectés. Mathis, un jeune Niçois féru de nouvelles technologies, explique : il y a la « vraie 5G » sur la bande des 3,5 GHz et la « fausse », en l’occurrence chez son opérateur Free, en 700 MHz, les mêmes antennes que pour la 4G. Même, si dans les deux cas, votre terminal indiquera être connecté en 5G, seule la première permettra des débits plus élevés.

« Le changement de vitesse n’est absolument pas significatif tant que les nouvelles antennes ne sont pas actives », explique-t-il. Il est arrivé jusqu’à 302 Mbps sur l’avenue Jean-Médecin, mais a rarement dépassé, ailleurs, les 110 Mbps. Soit les débits de la 4G. Free indiquait mi-janvier avoir déployé six antennes en 3,5 GHz sur Nice. Pas de quoi encore arroser toute la ville. 20 Minutes n’est pas souvent allé au-delà des 100 Mbps avec un terminal compatible chez Bouygues.

Communication « confuse » selon L’UFC-Que Choisir

Avec l’annonce de l’« ouverture d’une ville en 5G », les opérateurs précisent ou oublient justement de préciser que le déploiement du réseau sera très progressif. Une communication « confuse » épinglée par L’UFC-Que Choisir.

Chez Orange, on a bien enregistré jusqu’à 860,55 Mbps à Saint-Laurent-du-Var, mais c’est loin d’être encore la norme. « La 5G est évolutive et elle est surtout faite pour désengorger la 4G alors que le trafic augmente de 40 à 50 % tous les ans, précise-t-on à la direction de l’opérateur pour le grand Sud-est. Aujourd’hui, nous sommes sur des débits trois à quatre fois au-dessus à la 4G. A terme, seulement, ce sera dix fois supérieur. »