Sony planche sur sept adaptations de jeux en séries ou films

ADAPTATION Les licences « The Last of Us » et « Twisted Metal » vont être adaptées en série, alors qu’« Uncharted » va être porté en film, avec Tom Holland au casting

Jennifer Mertens pour 20 Minutes
— 
Sony planche sur 7 adaptations de jeux en séries ou films
Sony planche sur 7 adaptations de jeux en séries ou films — Geeko

Il y a un peu plus d’un an, Sony annonçait la création d’une nouvelle unité, PlayStation Productions, dédiée à l’adaptation de ses licences vidéoludiques en films et séries. Une annonce de taille qui laissait présager l’adaptation de nombreux jeux vidéo cultes de Sony.

Si on savait déjà que The Last of Us allait avoir droit à sa série, de même que Twister Metal et que la franchise Uncharted allait être portée au cinéma, PlayStation Productions planche déjà sur 7 autres adaptations de jeux vidéo en séries et films.

Lors d’une interview sur CNBC, Tony Vinciquerra, directeur exécutif de Sony Pictures, a en effet indiqué que PlayStation Productions prévoyait au moins 7 adaptations de jeux vidéo en série et 3 films tirés du catalogue PlayStation. Malheureusement, ce dernier n’a pas précisé quelles licences seraient adaptées, mais les possibilités sont nombreuses.

D’autres licenses concernées

On peut ainsi espérer une adaptation de God of War, d’Hoziron Zero Dwan ou encore Days Gone et pourquoi pas Death Stranding. Difficile de faire des prévisions tant le catalogue de Sony Interactive Entertainment est riche, de même que ses succès.

Sony n’est pas le seul à vouloir exploiter ses licences vidéoludiques. Le studio français Ubisoft prévoit lui aussi de tirer profit de ses jeux vidéo sur petit écran. Il est en effet question d’adapter Assassin’s Creed et Splinter Cell en série, mais aussi Beyond Good & Evil et The Division en film.

Des productions destinées au streaming ?

Interrogé sur la question du streaming comme solution à la fermeture des salles de cinéma en raison de la crise sanitaire – solution choisie par la Warner Bros. –, Tony Vinciquerra ne semblait pas très emballé par cette option. Selon lui, les films à gros budget ont besoin d’être diffusés en salles et les cinémas ont également besoin de ces films pour survivre économiquement parlant.

Il ne fait pas pour autant une croix que le streaming. Il souhaiterait justement pouvoir disposer de plus de flexibilité pour exploiter les films sur les plateformes de vidéo à la demande et ainsi pouvoir les productions Sony Productions plus rapidement sur ces plateformes. À l’heure actuelle, aux États-Unis, il faut patienter au moins 90 jours – 45 dans certains cas – pour diffuser un film sorti en salles sur un service de streaming. Le directeur exécutif de Sony prône pour que le délai soit réduit à 30 jours. « Cela nous permettra de monétiser notre marketing entre le cinéma et le divertissement à domicile », a-t-il ainsi indiqué.

Un souhait qui pourrait tout de même chambouler l’exploitation des films en salles obscures, mais qui pourrait être un compromis plus intéressant pour les deux parties.